Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil

Navigation



Eros-Thanatos

Bibliothèque de littérature érotique : histoires érotiques, textes éotiques, confessions et récits érotiques libres et gratuits des écrivains et poètes libertins du XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles.


  • Récit érotique

    Victor et Adrienne

    Un hommage à Louis-Ferdinand Céline

    par Alain Valcour

    « Tous on aimait bien l’infirmière, Madame Lambercier. Pour ses gros lolos valseurs, vaguement coincés dans un soutif noir, sous sa blouse transparente. En soignant nos bobos, elle les agitaient ses nichons… ça l’amusait de nous voir bander pour elle. « T’es vif toi » qu’elle disait, en nous caressant les cuisses. Et elle nous congédiait avec un gros bisou appuyé sur le front, bien maternel… comme à regret de n’avoir pas plus saignant à désinfecter.
    Elle était chargée aussi d’administrer les punitions. En fin d’après-midi, elle faisait le tour des classes, en tailleur gris, comme pour la messe. On lui nommait les punis du jour. Ils devaient baisser eux-mêmes leurs culottes et dire pourquoi ils avaient mérité d’être punis. La première fois que j’ai été puni, on étaient deux.
    Avec mon copain Marc, on avait été surpris avec des photos de filles nues, chattes rasées, qui se pissaient sur leurs jolies petites gueules de putes et se léchaient les moules, et les trou-duq… Putain ! la langue en plein dedans, profond, dans la merde ! Une autre, ligotée, cuisses écartées, elle était préparée pour un chouette viol bien facile. Je branlais Marc...
    Madame Lambercier, elle a d’abord claqué Marc de toutes ses forces, et j’attendais mon tour. Plus ses fesses rougissaient, et plus je raidissais… devant la classe, palpitante, impatiente de claques plus fortes. Les murmures encourageaient la rouste. Ses seins gigotaient sous son chemisier. J’aurais voulu pas trop bander, mais c’était plus fort. Mon cœur cognait plus et tant à chaque nouvelle claque. Ça l’excitait la Madame de frapper, et de me voir triquer. Elle devait bien juter de la moule » (Alain Valcour, Victor et Adrienne. Un hommage à Louis-Ferdinand Céline).


 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris