Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil

Navigation



Eros-Thanatos

Bibliothèque de littérature érotique : histoires érotiques, textes éotiques, confessions et récits érotiques libres et gratuits des écrivains et poètes libertins du XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles.


  • Récits érotiques

    Les dangers de l’écriture

    Un rêve érotique avec la Ministresse des Droits Imprescriptibles des Femmes

    par Alain Valcour

    « Je me trouve dans un vaste bureau. Les murs sont tapissés de tissu bleu ciel et encombrés de grands miroirs anciens dans des cadres dorés. Au centre, je remarque une jeune femme brune, plutôt élégante. Sa coupe de cheveux est impeccable et, avec son sourire niais, elle ferait une bonne publicité pour un coiffeur des beaux quartiers. Je la reconnais, c’est Norma Bellacagna, la ministresse des Droits Imprescriptibles des Femmes. Sa veste de tailleur gris perle est de la meilleure coupe. Mais, c’est étrange — vous savez comme sont les rêves ! — elle est assise, les cuisses nues, serrées comme par pudeur, sur un tabouret très bas.

    Un homme ventripotent aux cheveux gris s’approche. Son visage usé par l’alcool et la débauche est traversé de rides profondes. C’est le Directeur des Prisons, un personnage puissant et redouté que la presse surnomme SDK, je ne sais pas pourquoi. Il s’avance, le sexe à l’air, et pointe un gland violacé qu’il enfonce dans la gorge de la ministresse. Il s’empare de ses oreilles pour l’empêcher de s’esquiver et il la bourre à fond tout en soufflant. Est-il asthmatique ? Peut-être va-t-il subitement s’effondrer. Son visage est écarlate, Norma s’étrangle mais il continue de plus belle.

    Ma mère est présente. Je lui explique que la ministresse a fait ouvrir des camps de rééducation pour les hommes surpris avec des prostituées, que SDK supervise ces camps et qu’elle a constitué des brigades de filles qui provoquent les hommes et bipent sur leurs téléphones des policiers embusqués.

    La ministresse n’a que ce qu’elle mérite. Je lui pisse dans les cheveux et dans le cou. Mon urine mousseuse et dorée lui coule dans le dos, et entre les seins, nus sous un chemisier de soie grège qui lui colle à la peau. SDK jouit en râlant. Son visage est congestionné, mais il tient le coup. Il se retire, elle tousse et vomit du sperme. A deux mains, je lui serre le cou, je voudrais qu’elle y passe. Son cri lui reste dans la gorge » (Alain Valcour, Les dangers de l’écriture).


 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris