Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Mots-clés > Auteurs > Alfred de Musset

Navigation



Alfred de Musset

Louis-Charles-Alfred de Musset est poète et écrivain français né à Paris le 11 novembre 1810, et mort dans la même ville le 1er mai 1857.


NOTICE BIOGRAPHIQUE
D’après Vital Puissant, Notice anecdotico-bibliographique sur le « Gamiani » d’Alfred de Musset, précédée de sa biographie et suivie d’un extrait des Mémoires de Céleste Mogador par Ph. J. G. B., bibliophile, Éd. Gaillard et Legay, Paris, 1874, pp. 5-8.

Louis-Charles-Alfred de Musset naquit à Paris le 11 novembre 1810, et mourut dans la même ville le 1er mai 1857. Fils de Musset-Pathay, littérateur bien connu, frère de Paul de Musset, son aîné de quelques années et qui devait être un écrivain distingué, Alfred fut élevé dans le culte des lettres. Il fit de brillantes études au collège Henri IV où il eut pour condisciple le duc de Chartres, mort depuis, duc d’Orléans. En 1827, il remporta un prix de philosophie au grand concours. On voit que si la philosophie manqua plus tard à sa vie, ce ne fut point par l’ignorance.

Alfred de Musset oublia vite ses dissertations de collège, et cédant à son talent pour la poésie, il se mit à versifier dès dix-huit ans. Lié d’abord avec les poètes de la seconde période, groupe mystique connu alors sous le nom de Cénacle, il lança, après quelques vers à la manière de Casimir Delavigne, des pastiches d’André Chénier, des chansons espagnoles d’une heureuse turbulence, chauffées au large soleil des Orientales. Les petites compositions à la Mérimée le tentèrent aussi. Un Mathurin Regnier lui ouvrit une copieuse veine de style franc qu’il versa sans tarder dans la Scène du corps de garde, et du Cabaret borgne de Don Paez. Puis Shakespeare et Byron le saisirent, et ce dernier ne le quitta plus. Entre ces deux divins maîtres, Crébillon fils se glissa par ses jolies fantaisies libertines, et en 1829, ii en vint à admirer et à préconiser les vers de Voltaire.

Dès 1830 commença pour lui, ou se continua avec plus d’abandon, une existence que la biographie doit toucher avec une extrême réserve, bien qu’il en ait souvent entretenu le public. Sa nature ardente, délicate et fragile ne résista pas aux séductions des sens, et pourtant l’âme du poète se montra partagée entre l’attrait du plaisir et la colère contre la volupté impure et meurtrière.

Sa poésie est navrante et parfois sublime ; c’est alors qu’il s’écrie :

Ah ! malheur à celui qui laisse la débauche
Planter le premier clou sous sa mamelle gauche.

C’est alors qu’il lança Rolla, cette oeuvre magnifique, admirable de poésie, sinistre de licence, fraîche et éclatante de couleurs, couleurs dignes de l’Éden, appliquées à des objets équivoques, impurs. Le coeur de Musset était envahi par la débauche ; chez ce candide corrupteur, l’amour mourait au contact du vice. Nous étions en 1833.

C’est en 1833 que commença entre l’auteur de Rolla et la femme célèbre, connue sous le pseudonyme de Georges Sand, une liaison qui devait être la grande, l’unique passion de sa vie, et qui plus tard, donna lieu à deux regrettables publications : Elle et Lui de Georges Sand ; Lui et Elle de Paul de Musset. L’auteur de Namouna et Mme Sand, voyagèrent en Italie dans l’hiver de 1833-1834, et s’arrêtèrent à Venise. Là, Alfred de Musset fut atteint d’une fièvre cérébrale qui mit ses jours en danger.

À peine convalescent, il quitta Venise… mail seul. Pourquoi ? La chronique scandaleuse de l’époque a raconté bien des choses.

Quoi qu’il en soit sur les motifs réels de cette séparation, dix ans plus tard, dans des vers à son frère, revenant d’Italie, il lui demandait s’il avait trouvé « son pauvre coeur resté à Venise. » Les souvenirs de cet amour gardèrent pour lui un charme qu’il subissait encore, même lorsqu’il semblait le maudire. C’est pour se soustraire à cette obsession qu’il rechercha de grossières distractions ; aussi ne se fit-on pas faute de rejeter sur sa maîtresse, la responsabilité des tristes faiblesses des dernières années du poète ; ce dernier pourtant avait déjà tant donné aux sens, qu’on est en droit de se demander si cette passion, même malheureuse, pouvait avoir sur lui une influence corruptrice.

Bientôt, vers 1837, l’auteur de Rolla trahit un peu de lassitude ; il quitta la poésie, la comédie pour le récit en prose. Son talent ne baissait pas, mais ses productions annonçaient la fatigue (1839). L’incomparable poète de la jeunesse était déjà à trente ans « un jeune homme d’un bien beau passé. » Nul ne le sentait mieux que lui, quand il disait :

J’ai perdu ma force et ma vie…

Quand on est arrivé à ce point de découragement, il ne reste plus qu’à mourir ; on ne passe guère l’âge de Raphaël, de Mozart et de la divine Malibran. La mort ne vint pas aussi vite qu’il le souhaitait. Les œuvres toujours aimables, mais débiles de son précoce déclin, étaient toujours recherchées, applaudies.

L’académie française l’accueillait en 1852. La place de bibliothécaire au ministère de l’intérieur, qu’il possédait sous Louis-Philippe, que 1848 lui avait enlevée, lui était rendue sous l’Empire. Tout semblait devoir lui assurer le repos et la considération lorsqu’il mourut subitement, dans la nuit du 1er mai 1857, d’une maladie de coeur.

Il est encore trop tôt, peut-être, pour porter un jugement définitif sur ce poète si aimé, si admiré du public choisi. Cependant il est permis de penser que l’avenir lui assignera une des premières places, parmi les pontes du dix-neuvième siècle. Aucun de ses contemporains ne l’a surpassé pour la spontanéité du génie poétique, pour l’ardente et sincère expression de la passion, pour la vivacité, la grâce et l’éclat de l’esprit ; aucun ne représente plus fidèlement que lui cette disposition troublée, cette inquiétude des âmes, cette ardeur des sens, ce mélange de scepticisme et d’aspirations érotico-religieuses qui caractérisent notre époque.

PH. J. G. B, bibliophile.


  • Lire sur Eros-Thanatos

 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris