Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Mots-clés > Auteurs > Comte de Caylus

Navigation



Comte de Caylus

Anne-Claude-Philippe de Tubières-Grimoard de Pestels de Lévis, comte de Caylus, marquis d’Esternay, baron de Bransac, est un archéologue, homme de lettres et graveur français, né à Paris le 31 octobre 1692 et décédé le 5 septembre 1765.


Caylus, ou là naissance sacrifiée au talent.

D’Innombrables mortels ont perdu la science
Au pied du mur d’un cabaret,
Quand, pour être lui-même, oubliant sa naissance,
C’est là que Caylus la montrait.

Le comte de Caylus, l’un des savants du dernier siècle, les plus distingués et les plus bienfaisants, eut une passion prononcée pour le dessin, et pour la gravure. Un jour qu’il passait dans la rue du Coq-Saint-Honoré, il aperçut au haut d’une échelle une espèce de peintre qui s’efforçait de barbouiller sur les murs d’un cabaret un saint-Antoine, et n’en pouvait jamais venir à bout. Caylus le regarde : s’impatiente et s’écrie : « Malheureux ! descends, et donne-moi ton pinceau. » -Le peintre obéit ; le comte monte au haut de l’échelle ; avec un bel habit de soie noire, et, d’une main sûre, fait en quelques minutes, le plus joli saint Antoine qu’il y eut dans la capitale.

Comme il descendait, un académicien le reconnut, et, sans y songer, prononça hautement son nom. Aussitôt une foule considérable qui s’était rassemblée pour voir un seigneur, si bien costumé, dessinant une enseigne de marchand de vin, crie à l’unanimité et de toutes ses forces : « bravo, M. le comte de Caylus ! bravo, le bon seigneur ! » et tout le monde à courir après lui, en répétant les bravo, les vivat. Heureusement, à l’entrée du Louvre, il trouva la porte de d’Alembert ouverte, et se déroba chez lui.

Cette anecdote, absolument inconnue, est puisée dans les mémoires inédits que le comte de Caylus a laissés sur sa vie relativement à la peinture ; elle fait connaître à fond le caractère, de ce savant, dont la bienveillance s’étendit égaiement et sur les arts et sur tous ceux qui les cultivaient. Son immense correspondance est modèle de franchise, de cordialité, et surtout de cette érudition, qui ne paraît émaner que du coeur.

Antoine Sérieys,
Épigrammes anecdotiques inédites, concernant des hommes célèbres
et des événements mémorables de nos jours
,
par l’Hermite de la Chaussée du Maine, Éd. Perronneau, Paris, 1814, pp. 13-14.

  • Lire sur Eros-Thanatos

 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris