Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Mots-clés > Auteurs > Octave Uzanne

Navigation



Octave Uzanne

Louis Octave Uzanne est un homme de lettres, bibliophile, éditeur et journaliste français né à Auxerre le 14 septembre 1851 et décédé à Saint-Cloud le 31 octobre 1931.


OCTAVE UZANNE
Extrait de Rémy de Gourmont, « Octave Uzanne », Promenades Littéraires, 4e série : « Souvenirs du Symbolisme et autres études », Éd. Mercure de France, Paris, 1913, pp. 129-135.

Jusqu’ici M. Octave Uzanne n’avait guère publié ses livres qu’en des tirages de luxe, sur des papiers de choix et à petit nombre. Il aimait à associer à sa prose pittoresque les caprices de l’eau-forte ou de la lithographie et il est peu de ses ouvrages où l’on ne voie près de son nom celui de Rops, de Lynch ou de Paul Avril. De tels livres coûtent cher et se vendent cher, et, en dehors des amateurs, ils étaient peu connus, surtout depuis la disparition des maisons Rouveyre et Quantin, ses éditeurs ordinaires. Autant le moindre écrivain recherche le succès, autant Uzanne semble l’avoir fui, moins par dédain peut-être que par haine des compromissions qu’il entraîne. Je ne connais pas d’esprit plus libre, plus jaloux de son indépendance, aussi bien dans ses écrits que dans ses relations. Il n’a jamais suivi, comme écrivain, qu’une discipline, celle de Barbey d’Aurevilly, sur lequel il prépare un livre de souvenirs et qui voulut écrire la préface d’un de ses premiers écrits, faveur que le vieux connétable ne prodiguait pas. Barbey était né en 1811. Par lui, Uzanne se rattache directement aux grandes générations romantiques qui lui ont transmis, avec un goût marqué pour le style, un amour effréné de l’art. Uzanne s’intéresse à tout, mais à bien le pénétrer, on s’aperçoit que c’est à l’art que tendent ses préoccupations les plus diverses. Il l’a cherché jusque dans l’agencement matériel des livres, jusque dans la toilette féminine. Le livre et la femme, telles furent les premières amours d’Uzanne, et je ne crois pas qu’il les ait reniées, car sa bibliothèque est toujours riche en livres précieux et rares, et le premier ouvrage qu’il ait voulu retoucher et rééditer pour le grand public, c’est précisément une monographie de la Parisienne.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’ouvrage qu’il réédite aujourd’hui est, au contraire, du genre suivi, de ceux qui ont un commencement et une fin et forment un tout parfaitement complet. II date évidemment d’une période de la vie de l’auteur où il jouissait d’une grande stabilité d’esprit, car c’est faire preuve d’une singulière persévérance que d’étudier, un à un, tous les types de cet être multiforme que l’on nomme la Parisienne. La voilà selon tous ses états, selon tous ses contrastes, depuis la grande dame jusqu’à la balayeuse des rues. Vouloir donner une juste idée de ce livre en quelques lignes serait fort présomptueux. C’est un tableau du Paris d’aujourd’hui et presque complet, quoiqu’il n’étudie que la femme, car on ne peut parler d’un sexe sans laisser entrevoir l’autre. Quels que soient son métier ou sa profession, la femme est femme avant tout et c’est ce qui donne de l’unité cette enquête nécessairement fragmentée. Un professeur et un employé de commerce forment deux types sociaux parfaitement distincts ; entre la jolie institutrice et la jolie vendeuse, Don Juan ne fait pas de différence, et le point de vue de Don Juan sera toujours un peu celui de l’observateur le plus désintéressé. Tout livre de ce genre sera donc moins une étude sur les métiers exercés par les femmes que sur les femmes qui exercent des métiers, et c’est ce qui en fait, en dehors de tout autre point de vue, l’agrément.

Y a-t-il un type de la Parisienne ? Cela n’est plus bien certain. La facilité avec laquelle la provinciale, l’étrangère même, prennent les différents aspects de la Parisienne donne à réfléchir. De plus, la plupart des Parisiennes ne sont pas nées à Paris, où beaucoup d’indigènes n’ont aucune des qualités que l’on reconnaît généralement à cette catégorie de françaises. Je crois qu’il y a des Parisiennes dans toutes les villes et surtout les grandes villes de France, ou, si elles n’en sont pas encore, elles peuvent le devenir en une saison. Peut-être que ce qui caractérise le mieux la Parisienne, c’est sa manière de comprendre et de sentir l’amour, mais cela tient à la grande liberté de sa vie, au peu de jalousie des hommes qui sentent l’impuissance de leur attention dans cette immense fourmilière. Cette confiance est d’ailleurs la meilleure tactique. Attaquée de trop de côtés à la fois, la Parisienne passe sa vie à parler de l’amour, bien plus qu’à le pratiquer. An reste, il y a bien des sortes de Parisiennes et il en est naturellement d’elles comme des femmes en général : tout ce qu’on en dit st à la fois vrai et faux, juste et injuste. Le livre d’Uzanne, écrit à un point de vue purement objectif, ne mérite pas ce reproche ; précis dans son observation, il est équitable dans son jugement philosophique. Veut-on le titre complet de l’ouvrage ? C’est presque une analyse « Études de sociologie féminine. Parisiennes de ce temps en leurs divers milieux, états et conditions. » Études pour savoir « l’histoire des femmes, de la société de la galanterie française, des moeurs contemporaines et de l’égoïsme masculin. Ménagères, ouvrières et courtisanes, bourgeoises et mondaines, artistes et comédiennes. » Cela a une petite senteur dix-huitième siècle qui n’est pas désagréable et ne gâte rien. On pense à Sébastien Mercier et Restif de la Bretonne, et on n’a pas tort. C’est entre ces deux grands observateurs des moeurs françaises et du cour humain que se place naturellement Octave Uzanne.


  • Lire sur Eros-Thanatos

  • Le Bric-à-brac de l’Amour

    Le Libertinage

    Serpent à tête d’or, ô vice, je t’adore

    par Octave Uzanne Mots-clés : Libertinage
 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris