Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Confessions érotiques > Choses vécues

Navigation



Choses vécues

Dernier ajout – jeudi 15 novembre 2007.

Auteur :

CHOSES VÉCUES

C’est à l’instigation de M. Eugène Yung, fondateur et directeur de cette revue et mon ami, que j’ai recueilli sous ce titre, « Choses vécues », les scènes de ma vie, que je vais offrir aux lecteurs de la Revue bleue.

Un jour, il me demanda si tout était invention dans mes oeuvres.
- J’ai l’impression, dit-il, comme si tout cela n’était que des chapitres d’une grande biographie, comme si tout cela était réellement arrivé et littéralement vrai.

Cette observation donna lieu à de longues explications. Je lui dis qu’en effet tout dans mes oeuvres était vrai et que je les avais vécues en partie ; et en même temps, je lui développai mon procédé dans ces créations d’imagination.
- Depuis le début de ma carrière, lui dis-je entre autres choses, j’ai été convaincu que le romancier a une tâche plus élevée que celle de narrer des contes et amuser le public. Il ne me paraissait pas suffisant qu’il expliquât ses héros psychologiquement, ou, selon la mode d’aujourd’hui, physiologiquement. L’auteur a, en outre, cette tâche à remplir d’expliquer ses héros, avant tout, comme sortant de la nature, qui les a produits, et de l’époque, des conditions historiques dans lesquelles ils ont vécu.

Je crois que c’est un procédé erroné d’avancer d’abord une thèse et de faire ensuite des études qui fourniraient des documents pour cette thèse, selon la méthode de Zola et de l’école naturaliste.

Je crois plutôt que, pour l’auteur, le sujet doit sortir de ce qu’il a vu et entendu et qu’il lui faut chercher dans ce sujet les données et la solution du problème.

Si, avec l’école naturaliste, nous acceptons, pour l’art, une méthode scientifique, cette méthode, selon moi, ne devait jamais être la méthode inductive, mais la méthode empirique.

L’auteur peut seulement remplir sa tâche s’il procède comme le savant en sciences naturelles et l’historien : d’abord les documents, puis la thèse.

M. Yung me pria d’écrire, à ce point de vue, une série de fragments de ma vie.

J’ai essayé de répondre à ses intentions.

Les esquisses que je vais successivement livrer à la publicité doivent servir à expliquer au public français l’auteur et celles de ses oeuvres qui lui sont connues. Elles permettront au lecteur de jeter un regard dans l’atelier d’un romancier. Elles lui montreront comment l’auteur autant que ses créatures sont émanés de la nature et du temps où ils ont vécu, joui et souffert.



  • Choses vécues XV

    Don Juan de Koloméa

    Confessions érotiques (1888-1889)

    par Leopold von Sacher-Masoch

    « Oh ! comme elle était charmante, lorsqu’elle ouvrit les rideaux et que la lune vint la baigner de sa chaste lumière, cette Putiphar dont la tête mélancolique paraissait encore plus fière sur le fond noir de sa kazabaïka !
    Elle m’avait fait son esclave, mais, en même temps, elle obéissait à ma volonté. Dans cette heure d’un bonheur suprême, où elle me faisait son prisonnier, où elle m’avait si complètement vaincu, j’arrachai cette femme légère au monde. Dans la même nuit, je l’enlevai de sa maison, et, après l’avoir mise en lieu sûr, je me rendis chez son mari, pour me mettre à sa disposition. » (Leopold von Sacher-Masoch, Choses vécues).


 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris