Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > Confession priapale

Navigation



Confession priapale

Dernier ajout – samedi 16 juillet 2011.

Auteur :

Mots-clés : | |

Confession priapale

PROLOGUE

Un grand philosophe a dit que, comme l’esprit, la queue pensait.

Profonde vérité que cette assertion !

La queue pense ; seulement elle est tributaire de l’esprit et celui-ci la sauce souvent dans des trous qu’elle dédaignerait s’il la consultait.

D’après cela, on ne s’étonnera pas que, parlant de l’heureux mortel dont j’ornais le dessous du ventre, je le qualifie du titre de : - mon maître.

Mon maître ! Oh, il l’était bien, et maintes fois je lui gardai rancune des tours qu’il me joua.

Mais ce n’est pas pour écrire des récriminations avant l’heure, que je commence cette confession. Entrons dans le récit des hauts faits qui illustrèrent ma carrière.

J’espère, ô mes adorées lectrices, que la fidèle narration de mes aventures vous intéressera, et vous poussera à être douces et clémentes envers mes frères, les autres priapes.

Sachez ceci, mes chères belles, une queue n’a été créée et mise au monde que pour enfourner le plus de cons possible, et un con n’est digne d’appartenir à une jolie femme qu’autant qu’il refuse le moins possible de queues.

Tout ce qu’on vous dira contre cette maxime n’est que de la pure blague.

Seuls les gens qui éprouvent des difficultés à baiser désirent empêcher de baiser ceux qui sont en état de le faire.

Chères chéries, vous ne vous douterez jamais de l’effet que nous produit votre beauté, alors que nous sommes cachés dans la culotte de notre maître : vous ignorerez toujours le supplice de Tantale qu’est le nôtre, tandis qu’il hésite à déclarer sa flamme, au moment même où nous aspirons déjà toutes les divines promesses de votre adorable conin !

L’imbécile, l’animal vous conte des histoires sentimentales à dormir debout, et nous, nous battons la générale, crachons sur l’odieux pantalon qui s’oppose à notre sortie ; nous maudissons les étoffes qui recouvrent votre corps et nous séparent de vos cuisses, de ces trésors que nous fêterions sans retard et à grands esbattements.

O ces braguettes d’homme, ces jupons de femme, celui qui les inventa dans un jour de malheur, aurait mérité de recevoir en plein gosier tout le purin féminin et tout le purin masculin.

Lisez ceci, mes charmantes, et tirez-en votre profit, afin que vous soyez tirées autant de fois que l’exige l’incontestable splendeur de vos formes.

Ne connaissant autre chose des conventions qui régissent les sociétés, que pour en avoir souffert, je les mépriserai, suivant la coutume de tous les bons fouteurs, et ne vous cèlerai aucune de mes pensées.

La queue pense comme l’esprit, ne l’oubliez pas.



  • Confession priapale

    L’art du suçage

    Roman érotique (Chapitre XII, XIII et fin)

    par Alphonse Momas

    « Clotilde voulut-elle démontrer qu’elle possédait à fond, aussi bien que Berthe, l’art du suçage, elle s’agenouilla entre les cuisses de mon maître, s’empara de ma chère personne et l’enferma toute entière dans sa bouche.
    - Duo de suçage, observa Chrétien.
    - Non pas, protesta Clotilde, je ne suce pas, je fais mimi, puisque c’est une femme, et que je suis un homme.
    - Mimi, si cela te plait, mais notre chassé-croisé de femmes remet les choses en leur état naturel.
    - Tu as raison, dit Clotilde en se levant et en se déshabillant, je veux être femme pour lui.
    - Puisque tu donnes l’exemple, que tout le monde t’imite, et gare l’enfilage des culs.
    Les deux couples se trouvèrent bientôt nus, et se lancèrent réciproquement des regards très concupiscents.
    Je bandais ferme, et méritais l’admiration de tous.
    Le priape de Chrétien s’affichait de son côté dans de très vaillantes idées.
    - Enfilons-nous tous, s’écria son heureux possesseur.
    - Comment cela, interrogea Berthe ?
    - Ne sais-tu pas manipuler le godmichet ?
    - Oh si, oh si, vous me l’avez assez enseigné pour que je ne l’oublie pas.
    - Et bien, dit Clotilde, je me dévoue pour soutenir tout l’échafaudage. Julien me plantera son amour de queue dans les fesses ; toi, Berthe, tu lui planteras le godmichet au milieu des siennes, après l’avoir ajusté à ton ventre ; et Chrétien mettra sa queue dans le trou de ton cul.
    - Bien, bien, bien imaginé ! En avant la musique : commencez, je serai vite prête. » (Alphonse Momas, Confession priapale).


 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris