Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > La Chute des Vierges > La Chute des Vierges - I

Navigation



Par le fouet et par les verges

La Chute des Vierges - I

Roman érotique (1907)



Auteur :

Mots-clés :

Tap-Tap (Alphonse Momas), Par le fouet et par les verges : La Chute des Vierges, Isidore Liseux [Éd. Charles Carrington], Paris, 1907.


I

Une jolie journée printanière pour un début de saison permettait aux élèves de l’Institution Sticker de circuler par les jardins et de s’y grouper par divisions, sous la surveillance bénévole de quelques sous-maîtresses, devenues très indulgentes pour les récréations depuis que la sévère miss Sticker se soumettait à toutes les volontés plus ou moins occultes de sa chère Reine de Glady, la Française.

Si les classes suivaient leur programme, si les heures d’études demeuraient immuables, bien des licences s’octroyaient et les anciennes n’auraient plus reconnu les moeurs de la maison où elles firent leur éducation sous une discipline des plus rigides. Une large tolérance encourageait les jeunes et gentilles miss à écouter les conseils de coquetterie et à soigner leur toilette comme leur conversation. La tenue uniforme s’agrémentait de rubans et de fanfreluches, d’adjonctions intelligentes à la robe, sous laquelle s’affinaient les traits et se devinaient les dispositions et les développements physiques. Quelques-unes même portaient des toilettes à leur goût où l’harmonie des couleurs chatoyantes semblait plaquer sur certaines pelouses du parc de superbes fleurs fraîchement écloses. La confiance qui s’incrustait dans les cours, l’impression d’un mystère de plaisir facile à découvrir, animaient les visages et stimulaient les âmes. Certes, beaucoup de ces jeunes épouses féminines, avaient déjà pressenti le vice qu’inoculait Reine, mais celle-ci se trouvait tellement accaparée par la faveur de miss Sticker, et par quelques caprices personnels, qu’elle ne pouvait agrandir le nombre de ses conquêtes à travers tous les rangs de l’Institution, comme elle l’aurait désiré. Elle aimait toujours avec autant d’ardeur la variété, le fruit nouveau fut-il à peine incorporé dans la première division, elle ne parvenait à rédimer celles qui étaient ses passions vibrantes, de façon à gagner assez de temps pour aspirer une nouvelle essence d’amour en formation, selon son expression. Et pour arriver à ne pas négliger de s’assurer des fillettes qui commençaient à mordre à la perversité, elle avait ici et là des rabatteuses intelligentes qui les lui signalaient et les lui amenaient.

À travers les pages de ce livre réel, on aura le loisir d’étudier cette nature curieuse et érotique qu’était Reine ; rien de sa part n’est donc pour étonner. Elle aimait le saphisme actif, comme d’autres aiment l’homme, comme certains hommes la femme, les femmes, c’est-à-dire à ne jamais se rassasier, et à vouloir toujours avoir sous la main une nouvelle proie à déguster et à former. Et par cette belle journée, une de ses rabatteuses, la petite Betty de Rosell, une enfant de treize ans, entourée d’un groupe d’une dizaine de fillettes de douze à quatorze ans, les catéchisait dans un entrecroisement d’allées, non loin d’autres groupes qui s’ébattaient à divers jeux, au milieu de carrés d’arbres, on l’écoutait et on discutait avec des yeux qui brillaient, avec des marques d’approbation ou de protestations, mais on l’écoutait accomplissant son oeuvre de démoralisation et disant :
- Elle passera tout à l’heure et je la suivrai : elle vous regardera et celles qui se toucheront le genou pourront la suivre comme moi, si elle pose une main sur leur épaule ; celles-là sauront ce que c’est bon d’être caressée par ses doigts et par ses lèvres ; elles voudront toujours recommencer et elles seront bien contentes d’avoir une amie comme Reine.
- Moi je trouve que c’est honteux, s’écria une blonde, d’une joliesse de visage parfaite, une fine et exquise fillette, approchant de ses quatorze ans, au corps dégingandé par de longues jambes aux mollets à peine saillants, qu’on apercevait sous sa robe très courte pour l’âge, robe rouge sur des bas noirs. Oui, continua-t-elle, c’est dégoûtant, et si je m’écoutais, quand elle passera, je lui cracherais à la figure.
- Tu t’en garderas bien, répondit Betty, et si ça ne te plaît pas, conserve tes idées et n’empêche pas les curieuses de connaître au moins une fois le plaisir qu’elle procure. Moi aussi, je me défiais, j’avais peur, puis, lorsqu’elle me l’a eu fait, je me serais jetée à ses genoux pour que ça durât plus longtemps. Malheureusement c’est trop court, on n’a pas assez de temps et on m’a dit que les grandes se la disputaient.
- Oh ! moi, j’essaierai bien, dit une brunette aux yeux vifs.

Les avis se partageaient ; des colères et des menaces s’ajoutaient à la protestation de la jolie blonde, Hilda Lauthemann ; on aperçut une belle et ravissante fille qui s’avançait, avec au cou un grand ruban bleu, d’où pendait un coeur en or, insigne d’application et de mérite constant ; c’était Reine qui, lentement, s’approchait du groupe, une fleur à la main, l’allure très calme et très sûre, et qui, sans se préoccuper de l’attitude plutôt hostile des fillettes, vint à Betty et lui dit :
- Tu veux faire joujou, ma petite chérie ?
- Oui, et regardez, il y en a quelques-unes qui ne demanderaient pas mieux que de nous accompagner.

Des rougeurs sur les joues, des mines embarrassées, des hésitations se trahissaient chez celles décidées à écouter le conseil de Betty ; Reine lança un regard circulaire et sourit, les mauvais vouloirs se turent, la brunette se toucha le genou, Reine lui donna à aspirer une seconde fleur qu’elle tenait à la main ; une autre l’imita, et tout à coup Hilda, la protestataire, à son tour, fit le signe et reçut le consentement sollicité.
- Quatre, c’est suffisant, murmura Reine, si plus tard d’autres désirent, on verra.

Ce fut comme un regret, et même parmi celles qui tantôt menaçaient, deux à trois ne cachèrent pas leur dépit.

Reine, impassible continuait sa route, et, à quelques pas derrière elle, ses élues l’escortaient, causant et troublées aux instructions que leur donnait Betty.
- Je passerai la première, disait-elle, et vous jugerez combien c’est trop vite fait ! On enlève ses jupes par devant, Reine ouvre votre pantalon, soulève votre chemise, vous régale d’une grosse caresse au milieu des cuisses, et à une autre. Ça ne te révolte donc plus, Hilda ?
- Elle m’a magnétisé avec ses yeux qui fouillent ! Mais je n’ai pas encore bien consenti.
- Ne sois pas bête, au moins à cause de nous ! Ne vas pas nous la fâcher.
- Ne vous inquiétez pas.

Reine accélérait sa marche ; elle avait dépassé les parties animées du jardin ; sur sa route, comme si tout eût été réglé par une entente tacite, les fillettes activaient leurs jeux, tournoyaient autour des maîtresses si elles paraissaient regarder de son côté, et assuraient ainsi la sécurité de ses foucades. Oh ! l’influence de la Française se révélait jusque dans les moindres choses, et ses compagnes s’accordaient à merveille pour se protéger les unes des autres, pour la favoriser dans ses entreprises perverses. Brusquement elle s’engagea dans une allée touffue, bordée d’arbustes toujours verts, hâta encore le pas en voyant ses quatre poursuivantes qui venaient de tourner, et se réfugia dans un grand carré de pelouses, où l’oeil le plus exercé ne pouvait rien apercevoir de ce qui se passait.

Relevant sa robe par derrière pour ne pas la salir, elle s’assit sur une pente, et d’un signe de tête appelant les fillettes qui pénétraient à leur tour, elle leur fit former le cercle pour leur parler.
- Vite, chéries, ne nous attardons pas, Betty vous a mises au courant, je vais vous faire une caresse comme vous n’en connaissez pas : vous deviendrez ainsi mes petites amies, et nous nous retrouverons pour encore mieux nous amuser. Commençons, Betty.

Betty, les jupes retroussées jusqu’à la ceinture, approcha les cuisses de son visage, en se plaçant presque à cheval sur ses épaules. Glissant la main, Reine lui entrouvrit le pantalon, souleva la chemise et découvrit le jeune conin encore imberbe. Elle y colla la bouche avec avidité, aspira avec gloutonnerie, darda à plusieurs reprises la langue, picotant et chatouillant les chairs, pelota les fesses avec les mains en croc et murmura :
- Tourne-toi de l’autre côté.

La même manoeuvre s’exécuta sur le postérieur, et les trois fillettes spectatrices, ignorant encore l’effet de ces caresses, frissonnaient en voyant leur compagne se prêter avec délices aux attouchements libertins de la bouche et de la main de Reine.
- Quel dommage que ce ne soit pas plus long ! dit avec regret Betty.

Reine la repoussait et attrapait la brunette, qu’elle expédia un peu plus promptement, ainsi que la suivante et arrivait à Hilda qui, pâle et tremblante, se plaçait en position, les jupes ramassées à la ceinture. À celle-ci, palpant les mollets, Reine s’écria :
- Tu es la plus âgée et tu es la plus maigriotte ! C’est drôle. Comment t’appelles-tu ?
- Hilda Lauthemann, j’ai quatorze ans dans un mois : nous n’avons jamais causé ensemble.

Reine, qui avait assez peloté les mollets, ouvrit le pantalon, releva la chemise, et salua à sa façon l’apparition des cuisses par un coup de nez sur le conin et un court baiser sur le clitoris ; elle l’appliqua ensuite sur la bouche comme si elle allait avaler les sexualités, un long frisson secoua Hilda, l’aspiration fut plus longue, mais les coups de langue plus rapides ; la faisant retourner elle donna plus de liberté aux fesses plus formées que le reste du corps et, le constatant, elle dit :
- À la bonne heure, ton derrière s’annonce bien supérieur à ce qu’on attendait ; tiens, voilà une languette et une chaude caresse.
- Ah ! Ah ! Ah ! ce que ça chatouille, fit Hilda, déjà repoussée par Reine.

Betty se trouvait en première ligne.
- Va, lui dit Reine, c’est ton droit de privilégiée puisque c’est grâce à ton aide que je possède ces nouvelles petites amies, avec qui on recommencera d’autres fois.
- Oh ! oui.
- Allons vite, Betty, montre combien je suis gentille pour qui l’est avec moi.

Se renversant sur le dos, Reine voyait s’abattre sur sa tête les cuisses de Betty, comme si elle allait se mettre en soixante-neuf avec elle ; appelant les fillettes d’un signe, elle s’exhiba le visage sous les sexualités de sa rabatteuse et fit voir qu’elle la gamahuchait, tout en enfonçant son petit doigt dans le trou de son cul ; l’ayant retiré, elle claqua légèrement le postérieur, le repoussa en avant : sans qu’elle s’y opposât Betty lui releva les jupes, étala aux yeux de ses compagnes très attentives ses cuisses grasses et rondelettes, son minet blond fauve qu’elle embrassa, après quoi sur un coup de genou de Reine, elle dut abandonner la place.

Reine se redressait et Betty examina si nulle trace de poussière ou d’herbe ne la tachait.
- Êtes-vous satisfaites, mes petites chéries ? S’informa la Française.
- On voudrait toujours s’amuser ! répondirent-elles en choeur.
- On se reverra, mes mignonnes. Sauvez-vous, et qu’on ne vous surprenne pas.

Les fillettes obéirent, et Hilda, qui protestait tant, en fut une des plus chagrinées. Elle aurait bien voulu être à la place de Betty.

Telle fut la première aventure galante de miss Hilda Lauthemann, une des plus prudes et des plus collet monté de l’Institution Sticker.

Cette aventure la laissa rêveuse plusieurs jours. Elle commençait à reconquérir son calme, lorsqu’un soir à l’étude, Betty, qui était sa voisine de pupitre, rentrant, lui dit tout bas :
- Demande à aller au water-closet, Reine t’y attend, j’ai promis que tu t’y rendrais.
- Ah !

Cette fois-ci, elle n’hésita pas ; la permission ne pouvait lui être refusée : elle courut à cet étrange lieu de rendez-vous ; la porte en était entrebâillée ; elle n’eut qu’à la pousser et à pénétrer ; elle aperçut Reine qui lui disait :
- Ferme vite la targette et ôte ton pantalon, tu me conserveras un souvenir encore meilleur que l’autre jour.

Elle se sentait envahie d’une ivresse indéfinissable ; sans un mot elle détacha son pantalon que Reine lui sortit des pieds, et alors vit celle-ci s’accroupir sur le tapis, lui remonter les jupes vers la ceinture en la priant de les tenir, et coller la bouche sur le conin.

Bien des salons n’auraient pas parus plus beaux à ses yeux que ce water-closet très propre et du reste très soigné, avec son trône posé sur trois marches, son tapis, ses lavabos, etc. Reine se précipitait en ses minettes et ses feuilles de rose, ronronnait :
- Tu seras dans les chaudes, ma petite, ça se devine à ton odeur féminine ! Es-tu heureuse ?
- Le bonheur me transporte.
- Là, là, hélas ! je ne puis te garder trop longtemps et je veux éprouver quelque chose avec toi. Veux-tu me voir ?
- Je n’osais te le demander.

Reine se retroussa, et toujours sans pantalon, depuis qu’elle régnait sur miss Sticker, elle permit à Hilda d’admirer son ventre blanc et satiné, ses poils blond fauve, son con souvent arrosé par Jean Sticker et Fréfré, qui continuait son service d’amant à toutes les occasions se présentant, ses cuisses grasses et dodues, son cul ferme et solide avec ses deux pommes à croquer sans hésitation.
- Viens un instant sur mes genoux, ton derrière nu sur mes cuisses et tu me diras l’effet que ça te produira, dit Reine.

Elle s’assit sur la première marche du trône, installa Hilda comme elle l’indiquait, et sentit le derrière en feu de la fillette sur ses cuisses.
- Bon, bon, dit-elle, tu es prête à jouir, tu jouiras avant de partir.

Rapidement, elle glissa le doigt à son clitoris, le branla avec délicatesse, puis avec vélocité, et Hilda faillit pousser un cri de délire, tant la sensation lui survint fougueuse.

Reine, saisissant ses lèvres entre les siennes, lui dit :
- Maintenant, je suis sûre de te voir courir après moi ! Remets ton pantalon et va-t-en.

Hilda partit, étourdie, folle ! Cela n’avait pas duré cinq minutes.

Telle fut sa première jouissance amoureuse !

Elle eût bien voulu la goûter souvent. Mais il fallait attendre les bonnes dispositions de Reine, occupée ailleurs, et que courtisaient maîtresses et élèves.

Le tempérament de la fillette éveillé, elle n’aspirait pas à une autre amie que celle qui l’initia à la volupté ; avec elle seule, elle sentait qu’elle vibrerait. Pour supporter les ennuis de cette attente, dont elle ne pouvait préciser la longueur, elle joua avec les plus enragées sauteuses de corde ou amatrices de cachette, courant à travers les allées et les carrés, tant et si bien que, dépassant à une récréation les limites extrêmes assignées aux élèves, elle se trouva près d’un pavillon de garde, et distingua un homme en manches de chemise qui pissait contre un arbre.

Arrêtée de saisissement, elle regarda cette fontaine jaillir de ce robinet humain ! L’homme l’avait aperçue, et, sans pudeur, tournait vers elle ce gros bout de chair qu’il tenait à la main. Elle rougissait et riait, elle avait peur, avec le courage de la curiosité ; il l’invitait à se rapprocher, en caressant de son autre main cette machine qui s’allongeait et semblait bien amusante. En somme, elle connaissait l’homme, le mari de Margareth, une brave servante qui s’occupait souvent des petites commissions des élèves : c’était un homme pas méchant, certainement. Elle prit sa détermination, elle voulait voir de près cette chose qui se levait si droite ; elle vint à l’homme qui l’attira derrière un buisson, et lui glissa sa pine dans la main.

Pas une parole : elle la tripotait, la serrait, la pressait, manipulait, et tout à coup il la poussa sur le côté, la machine toute rouge et toute gonflée lançait une espèce de lait grisâtre et gluant qui aurait taché sa robe sans cette précaution.

Quel phénomène curieux, tout de même ! Elle lâchait la machine qui devenait molle, et le mari de Margareth lui disait :
- Venez tous les jours par ici, je suis seul, et on vous accordera la vue de cet outil. Ça vous plaît-il ?

Elle répondit oui, et le lendemain elle ne manquait pas d’accourir au rendez-vous.

Cette fois, l’homme, Hippolyte, ne tenait pas sa machine à la main ; mais dès qu’elle l’eut rejoint, il la conduisit dans le pavillon et la pria de lui montrer ce qu’elle cachait sous ses jupes, si elle voulait qu’on recommençât le manège de la veille. Elle était aguerrie par ses deux rencontres avec Reine, elle ne refusa pas de se retrousser, et il fourra la main dans son pantalon pour chatouiller son conin. Il esquissa une grimace devant le peu de poils qui constituaient le minet, cessa de peloter, et se décida à sortir sa queue.

Elle ne bandait pas ; l’âge de la fillette, sans l’imprévu de la veille, n’influençait pas les sens de l’homme : elle la manipulait maladroitement, alors il lui dit :
- Voulez-vous qu’elle grossisse et durcisse comme hier ?
- Oh oui !
- Eh bien, mettez-la dans votre bouche et vous verrez qu’elle gonflera tout de suite.

Elle eut un instant de pudeur puis sans aucune objection, elle s’agenouilla et la suça, la science de luxure lui venant. En effet, la pine prit du volume, s’enfla, s’allongea, se raidit, et il l’arrêta à temps pour ne pas lui cracher son sperme dans la bouche ou sur son corsage.
- Ah ! s’exclama-t-elle, j’aurais bien bu tout ce lait-là, je ne le crains pas.
- Alors, à demain, répliqua Hippolyte, résolu à tirer tout ce qu’il pourrait de l’aventure.

Hilda ne pensant plus à Reine, qui du reste l’oubliait, devint une suceuse de premier ordre. Elle savait manoeuvrer la queue d’Hippolyte de telle façon que, sitôt dans sa bouche, elle ne tardait pas à décharger. En vain celui-ci eût bien voulu varier ses plaisirs et essayer dans le cul d’Hilda un dépucelage qu’il n’osait attaquer entre les cuisses, elle l’asticotait avec de si gentilles manières qu’il lui fourrait la queue dans le gosier et y jetait son foutre.

Ce qui devait arriver arriva. Un jour, miss Sticker, traversant une allée, aperçut Hilda qui courait vers le pavillon : elle comprit que quelque chose d’anormal se passait, elle y alla de son côté, regarda par une fenêtre dont on n’avait pas baissé les rideaux, aperçut la fillette à deux genoux entre les cuisses d’Hippolyte, engloutissant et repoussant la queue avec la bouche et se tenant les jupes relevées par derrière, le pantalon ouvert, pour qu’il pût jouir de la vue de son cul, lorsqu’il déchargeait et qu’elle avalait son sperme, se prosternant ensuite à ses pieds afin qu’il reconquît de la vigueur.

Le spectacle de cette fillette suçant avec ardeur cet homme d’une condition inférieure, le tableau de ses fesses sous sa jupe rouge et le pantalon blanc dont les mains s’appliquaient à bien écarter les rebords. La vue de la fin de la scène, où, le sperme absorbé, elle tomba à quatre pattes, haussant le postérieur, exaspérèrent les sens de miss Sticker, un peu blasés depuis l’abus de ses plaisirs avec Reine et Nelly Grassof, ses deux concubines, mistress Gertrie se trouvant depuis trois mois absente, en compagnie de son mari.

Fallait-il intervenir et brusquer la situation ? Il lui répugnait de chasser Margareth et Hippolyte, de la fidélité et du dévouement desquels elle était sûre, en dehors de cette sale affaire. Non, cette petite Hilda ravivait ses désirs assoupis, elle lui procurait une étrange sensation d’appétit charnel qui la secouait de sa léthargie : la vie circulait vivace, ardente dans ses veines. Il importait d’agir au plus tôt, de prendre la fillette en simple faute de désobéissance, et de ne pas compromettre l’homme. Brusquement, elle toussa pour annoncer sa présence : en un clin d’oeil, Hippolyte se rajusta, et Hilda debout se précipita vers la porte pour fuir. Elle se trouva face à face avec la directrice qui, s’étonnant, lui demandait :
- Que faites-vous ici, miss Hilda ?
- J’avais couru, miss Sticker, je me reposais un moment.
- Ah ! vraiment ! Attendez-moi. Hippolyte, vous ne devez pas recevoir les élèves ici, vous le savez. Je suis très mécontente.
- Cette jeune miss avait tellement couru, qu’il y aurait eu inhumanité à lui refuser de se reposer.
- Je vous le défends pour l’avenir. Je venais vous chercher car j’ai besoin que vous alliez en Écosse pour quelque temps.
- Ah !
- L’affaire de cette élève passe avant. Je vous attendrai ce soir après votre dîner. Suivez-moi, miss Hilda.

Hilda était plus morte que vive : elle tremblait de tous ses membres en grimpant l’escalier, quand elle vit miss Sticker pousser les verrous, elle se jeta à ses pieds, l’implora :
- Grâce, grâce, Miss, je ne m’arrêterai plus dans le pavillon.
- Me prenez-vous pour une imbécile, miss Hilda, j’ai tout vu.

Le coup fut si imprévu que la pauvre fillette se prosterna, le front à terre, embrassant les souliers, le bas de la robe de la directrice, la suppliant de l’épargner, de ne pas la tuer.

Sous la robe de miss Sticker, Jean bandait comme cela ne lui arrivait plus depuis des semaines, malgré toutes les mignardises de Reine.
- Je vous pardonnerai, Hilda, si vous relevez vos jupes comme vous le faisiez aux pieds de cet homme.
- Bien volontiers, Miss, tenez, était-ce ainsi ?

L’Anglaise s’affalait, jetait ses petits jupons sur les reins, étalait ses jambes maigrelettes, sortait ses fesses, les bombait, se rappelant en cet instant les bruits qui couraient et qui attribuaient à Reine le don d’émouvoir les sens de la directrice. Ah ! si elle pouvait avoir envie d’elle !
- Avant d’être ainsi à mes pieds, miss Hilda, vous aviez la tête sur certain objet que je ne veux pas nommer.
- Si vous en possédiez un, je le placerais de même.
- Embrassez-moi les mollets comme vous m’embrassez les pieds, embrassez-moi les genoux, embrassez-moi les cuisses, que voyez-vous, miss Hilda ?
- Oh ! Miss, vous êtes comme Hippolyte, vous n’êtes pas une femme.
- Si vous prétendez une pareille chose, Hilda, vous m’obligerez à vous enfermer dans un cachot pour le restant de votre vie.
- Je ne le dirai pas, Miss, je ne le dirai pas : vous voulez que je l’embrasse, que je le caresse ! Oh ! je préféré bien le vôtre à celui d’Hippolyte !

Hilda se mit à sucer Jean Sticker, ne comparant pas encore sa queue à celle du jardinier ; elle ouvrait la bouche, entourait le gland d’un coup de langue, descendait les lèvres le long de la pine, la gardait enfermée en entier, la chauffant de son haleine, et jean, déjà en érection, jouit presque aussi vite que la première fois Hippolyte. La sensation fut si forte, si énergique, qu’elle maintint la tête de la fillette en position. Hilda murmura :
- N’ayez pas peur, j’avalerai tout… tout.

Oh ! sensation inouïe ! Qu’était celle procurée par Reine à côté ! Non, non, la favorite ne pouvait rivaliser avec cette langue qui chatouillait la pine pour faire disparaître la moindre trace de sperme ! Comme elle s’y entendait bien, cette merveilleuse enfant ! Il n’y avait plus qu’elle au monde !

À peine Hilda avait-elle sucé tout le foutre, qu’elle se voyait attirée dans les bras de miss, asseoir sur ses genoux, prendre la bouche dans la sienne, qu’elle se voyait adulée, caressée, pelotée !
- Ah ! s’exclama-t-elle, répondant de son mieux à cette fougue, jamais Hippolyte n’a pu recommencer, et votre machine redevient gonflée et dure ! Voulez-vous que je la suce encore longtemps, longtemps ?
- Dis-moi tu, mon ange, et donne-moi ton gentil derrière, puisque tu es trop jeune pour le reste. C’est dans ton cul que j’entends faire couler ce nouveau jus.
- Oui, oui, je veux bien, tenez, le voilà.
- Dis-moi : tiens.
- Je n’ose pas. Si, si, tiens, je te le donne.
- Appelle-moi : « mon Jean ».
- Mon Jean.
- « Mon amant ».
- Mon amant !

Une vigueur extraordinaire décuplait les forces de Jean Sticker : il avait bondi sur les reins d’Hilda qui s’affaissait comme une petite chienne et, dardant la queue entre ses fesses, il la poussait, arrachant un petit cri plaintif à la jeune enculée.
- Ne crains rien, mon amour, si ça fait mal au début, tu jouiras ensuite !
- Je ne crains rien ! Ça fait mal quand ça rentre et quand ça ressort ! Je voudrais bien que vous la laissiez dedans.

La petite Hilda fut satisfaite : d’un coup rude de boutoir, jean introduisit sa queue et une seconde éjaculation se produisit presque aussitôt.

Debout maintenant, elle la fit asseoir sur une chaise, retira les targettes, et sonna sur un bouton électrique.
- Priez Madame Clary de venir, dit-elle à une servante qui se présenta.

Et celle-ci étant accourue, elle lui dit :
- Clary, vous allez retirer à Reine le ruban du mérite : vous l’enverrez ensuite à l’infirmerie, où elle restera consignée, sans qu’on la laisse communiquer avec personne.
- Quoi, Reine ?
- Elle empaquettera ses effets avant de monter à l’infirmerie, parce que, en la quittant, je lui donnerai une autre chambre.
- Oh ! miss Sticker, murmura Hilda.

Clary jeta alors un regard sur la fillette, vit sa robe fripée, examina le teint animé de la directrice et, comprenant, s’écria :
- Le ruban est pour miss Hilda ?
- Et la chambre de Reine aussi !
- Je salue cette chère petite étoile, dit Clary, mais Reine vous manquera tôt ou tard, Miss, si vous m’en croyez, on usera de ménagements.
- Agissez comme vous l’entendrez, Clary, vous avez pleine liberté, j’ai confiance dans votre tact. Je tiens à avoir sous la main, à ma portée, cette petite Hilda.

Clary, très habile courtisane de l’astre qui se levait, s’approcha de la fillette, et, la serrant dans ses bras l’embrassa avec effusion, tout en lui soufflant dans l’oreille, tandis que miss Sticker, sur la porte, lisait une note apportée par une servante :
- Saisissez l’importance de ce qui vous arrive, ma petite, et suivez mon conseil : ne vous brouillez pas avec Reine.
- Je n’en ai nulle envie, bien au contraire.

Miss Sticker étant sortie dans le couloir, Clary reprit :
- Je pense, miss Hilda, que vous me ferez connaître les qualités qui vous ont subitement valu l’attention de notre chère directrice. Je vous promets en revanche, si vous nourrissez quelques petites fantaisies, d’aider à les satisfaire. N’oubliez pas que je suis la surveillante générale et que mon assistance vous est indispensable. Vous êtes bien jeune pour le rôle où l’on vous appelle. Mais ici, rien ne me surprend plus.

Cette phrase en apprenait plus à Hilda que tous les événements dont elle subissait l’influence. Elle remplaçait Reine auprès de Jean Sticker, et les faveurs dont celle-ci jouissait, elle en bénéficierait désormais. Elle eut un mouvement naturel de vanité qui lui fit répondre :
- Si je suis jeune, madame Clary, je sais bien des choses, et j’aurai certainement recours à vos bons offices pour mes légers caprices. Vous m’indiquerez, pour votre part, les complaisances que vous désirez, et je ne vous les refuserai pas.
- Nous causerons de cela ce soir, dans votre chambre, avant de vous coucher.
- Et si miss Sticker se trouve avec moi ?
- Il n’y a pas de danger, elle vous garderait plutôt dans la sienne.
- Je vous attendrai, Clary…

Et Hilda, après deux rencontres avec Reine, suceuse d’Hippolyte Grandsen et de Jean Sticker, dépucelée du cul par ce dernier, acceptait la succession de celle qui était loin de se douter d’une aussi soudaine et imprévue disgrâce.

Voir en ligne : La Chute des Vierges - II

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS.COM d’après le roman érotique de Tap-Tap (Alphonse Momas), Par le fouet et par les verges : La Chute des Vierges, Isidore Liseux [Éd. Charles Carrington], Paris, 1907.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris