Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Récits érotiques > Couscous partie

Navigation



Récit érotique

Couscous partie

Comment ma femme s’est fait baisée par quatre arabes

par Sam Bron

Sam Bron, « Couscous partie » ou « Comment ma femme s’est fait baisée par quatre arabes », Récit érotique, Paris, décembre 2013.


C’était à un restaurant tunisien, où ma femme et moi avions pris l’habitude d’aller depuis quelques temps. La cuisine était très bonne et le restaurant avait une petite particularité, c’est que le week-end, à la mi-repas, une danseuse du ventre venait faire le spectacle.

Ce soir-là, la danseuse était là et au beau milieu de sa danse, je la vois qui s’approche de notre table et invite ma femme à danser avec elle. À ma grande surprise ma femme accepta.

Ma femme avait sa jupe noire mi-cuisse et un pull col roulé blanc qui moulait sa poitrine plutôt opulente. Elle dansait face à la danseuse professionnelle et ondulait son corps. Je commençais à voir ses seins prendre le rythme approprié. Elle s’enivrait à cette danse. Les clients et les clientes tapaient dans leurs mains et ma femme ondulait de plus belle.

La musique s’arrêta enfin et ma femme regagna sa place à mes côtés. Elle riait à pleine dents et je la voyait surexcitée. Elle me glissa rapidement :
- J’ai chaud !…

À ce moment-là, je ne sais pas ce qui m’a pris mais je m’approche d’elle et lui glisse à l’oreille :
- T’avais envie d’enlever ton pull et de danser en soutien gorge hein ?

Elle rigole et me dit un petit « oui » dans le creux de l’oreille.

Ce sur quoi tout s’enchaina si vite…

Je me suis levé pour aller aux toilettes et sur le chemin j’ai glissé discrètement à Ali, le patron, que ma femme aurait bien été un peu plus loin, et dansé en soutien gorge, mais qu’elle n’avait pas osé pour ne pas choquer les clients… Mais s’il avait un sous-sol ou une arrière salle, elle pouvait le faire devant un cercle confidentiel de bons clients à lui.

Ali me répondit qu’il avait une salle au sous-sol qu’il n’ouvrait que rarement, seulement quand le restaurant était bondé, mais que ce soir elle était vide et qu’il allait voir si cela intéressait certains de ses habitués.

J’allais aux toilettes, un long moment, car ma femme m’avait excité et je n’arrêtait pas de penser à elle et il m’était difficile de pisser. Mais au moment ou je suis sorti et où j’allais regagner ma table, Ali me glissa discrètement qu’il y avait une table de quatre jeunes tunisiens très sympathiques et discrets que ça intéressait.

Une fois rassis, je regardai discrètement la table des quatre jeunes et je glissais dans le creux de l’oreille de ma femme que si elle voulait, elle pourrait continuer sa danse toute à l’heure au sous sol devant deux ou trois habitués et qu’Ali, le patron, allait nous offrir le dessert.

Un quart d’heure après, je vis Ali dire aux quatre jeunes de descendre pour le digestif. Ali remonta et me dit que l’on pouvait le suivre si l’on voulait, qu’il allait nous offrir le dessert ou le digestif comme on voulait.

Nous descendîmes ma femme et moi et en-bas la musique était déjà endiablée. Ali fît les présentations et nous nous assîmes tous sur des petits poufs autour d’une table basse. Ali mit ma femme en confiance en lui disant qu’elle pouvait continuer à danser ici sans aucun problème qu’elle n’avait rien à craindre.

Les quatre jeunes la complimentèrent en l’incitant à continuer la danse qu’elle avait commencé en haut. Ma femme se leva et commença à onduler sous les encouragements des quatre jeunes qui tapaient dans leurs mains au rythme de la musique arabe.

Ses hanches se libéraient sous les encouragement et rapidement ma femme ôta son pull col roulé et se retrouva en soutient gorge avec ses énormes seins qui ballotaient de gauche à droite au son des tambours arabes.

Aussitôt un des quatre jeune se leva, ôta son tee-shirt et commença à danser torse-nu autour de ma femme en riant. Très vite, deux autres l’imitèrent et tout ce petit monde dansait en levant les mains et en riant, l’ambiance était bon enfant.

Un seul était resté assis et regardait le spectacle, il semblait plus sérieux.

Au bout d’un moment ma femme commençait à s’enivrer de cette danse à quatre et les jeunes arabes commencèrent à scander quelque chose en arabe. Ma femme riait et leur montra qu’elle ne comprenait pas. Ils lui indiquèrent par des gestes qu’ils n’attendaient qu’une chose : c’est qu’elle dégrafe son soutient gorge. Ma femme joua la timide et fit non de la tête.

Les jeunes commencèrent alors à scander autre chose en direction du seul jeune qui était resté assis. Apparemment, ils ne faisaient que scander son prénom, car au bout d’un moment le jeune commença à se lever et à danser en approchant du cercle où se trouvait ma femme et les trois jeunes tunisiens.

Mais plus il approchait, plus les trois autres passaient derrière ma femme, la laissant seule face au nouvel arrivant… En approchant de ma femme, je m’aperçus que le jeune commençais à mettre progressivement la main à son pantalon, comme s’il allait défaire sa ceinture…

Arrivé à la hauteur de ma femme, il commença effectivement à défaire la boucle de sa ceinture, puis déboutonna son pantalon en plantant ses yeux droit dans ceux de ma femme. Ma femme s’en amusait et le mec ondulait tout doucement en défaisant sa braguette. Il dansa ensuite un long moment, la braguette entre-ouverte sur ses poils pubiens, face à ma femme. Le spectacle était très érotique.

Mais soudain, il ouvrit sa braguette en entier et en fit sortir un membre d’une longueur et d’une grosseur exceptionnelle… Puis il leva les mains et se mis à onduler en face de ma femme avec ce chibre énorme qu’il faisait balancer de droite à gauche.

Ma femme était interloquée, et ne sachant quoi faire, elle continuait à danser en rigolant bêtement et en me jetant des coups d’œil rapides. Elle regardait la chose à laquelle il était impossible d’échapper et les trois jeunes en profitèrent pour scander une nouvelle fois en arabe ce qu’ils avaient déjà réclamé : qu’elle enlève son soutien gorge !

Le deal était comme sous-jacent : tu vois, y en a un de nous qui te montre son énorme queue, donc montre nous tes seins en échange…

Je pense que c’est ce qu’a compris ma femme et, après m’avoir longuement regardé, je la vis qui commença à porter ses mains derrière son dos en me regardant, et, après s’être tournée vers le jeune à la grosse bite, le fixa du regard et dégrafa d’un coup son soutien gorge comme par provocation.

Des holà se firent entendre et les trois autres jeunes étaient surexcités.

La musique endiablée redoubla et les seins de ma femme étaient offerts ballotant aux yeux des jeunes tunisiens. Elle devait être manifestement excitée car je crois que je n’avais jamais vu ses tétons aussi bruns, aussi longs et aussi durs.

Je savais à ce moment là que les choses pourraient difficilement s’arrêter. Les jeunes commencèrent à scander d’autres choses en arabes et quelques “salopes” commentèrent à fuser discrètement au milieu de tout ce brouhaha.

Voyant que ma femme continuait, un des trois jeunes s’approcha de ma femme en dansant et lui dit clairement :
- Fait bander la grosse bite, fais la bander !

Puis le mec me regarda, et comme je ne bronchais pas, il se rapprocha de ma femme et lui redit :
- Fait bander la grosse bite, fais la bander devant ton mari !

Ma femme me regarda alors, et comme je ne bronchais toujours pas, elle se remit face au mec à la grosse queue et commença à porter ses mains à ses seins et les empoigna comme pour mieux lui montrer. Elle n’arrêtait pas d’onduler en empoignant ses globes et se mit à sucer ses tétons turgescents.

Les trois jeunes s’y mirent tous ensemble en s’approchant tout prêt d’elle et en lui susurrant près de l’oreille :
- Vas-y fait bander la grosse queue, suce-la, suce-la !

Ma femme continuait de se sucer les tétons et un des jeunes, prît la nuque de ma femme et l’appuya en avant comme pour lui faire sucer la grosse queue. Ma femme se dégageât en riant bêtement et me regarda.

Je ne bougeait pas, je pouvais rien faire, j’avais envie de voir ma femme sucer cette énorme queue. J’en avais envie…

Maintenant c’était un brouhaha qui couvrait la musique, ça fusait de partout, des trois jeunes, chacun à leur tout lançait des saloperies pour exciter ma femme :
- Vas-y fait bander la grosse queue, suce-la, suce-la, suce-la devant ton mari !
- Salope !
- Salope de blanche suce la grosse queue d’arabe !

J’étais comme fou, tétanisé par le spectacle.

Un des jeunes recommença, reprît la nuque de ma femme et l’appuya en avant comme pour lui faire sucer la grosse queue. Cette fois, ma femme donna au passage un coup de langue sur la grosse bite avant de se dégager et me regarder à nouveau.

Je ne bougeai toujours pas, ça m’était impossible.

- Suce-la queue salope, suce-la devant ton mari !
- Salope !…
- Suce la grosse queue d’arabe !…
- Suce-la devant ton mari salope !…

Le jeune recommença une troisième fois à reprendre la nuque de ma femme pour l’approcher de la grosse queue. Cette fois ma femme se laissa faire et lapa de grands coups de langue le long de l’énorme bite et finit par l’enfourner dans sa bouche. Les mecs explosèrent de joie !

À partir de ce moment, le mec à la grosse queue prit tout en main. Il prit ma femme par la nuque de la main droite et l’éloigna de sa bite qu’il tenait de la main gauche, et lui demanda :
- T’as envie de sucer ma grosse bite ?

Ma femme hésita et il lui reposa la question :
- T’as envie de sucer ma grosse bite salope ?

Ma femme me regarda rapidement et répondit alors un « oui » timide. Sans la lâcher il lui reposa une troisième fois la question :
- T’as envie de sucer ma grosse bite d’arabe devant ton mari hein salope ?

Ma femme affirma sa réponse d’un « oui… » beaucoup plus prononcer qui se finissait en râle. Alors il rapprocha la tête de ma femme de son énorme queue et lui dit :
- Allez vas-y suce salope !

Ma femme se jeta sur sa queue et les trois autres jeunes explosèrent une nouvelle fois de joie. Ils commencèrent également à déboutonner leur pantalon et à sa branler et en me regardant m’invitèrent à faire de même. Ils insistaient et je pu difficilement faire autrement tellement je bandais déjà. Je défit ma braguette et sortit ma petite bite et lorsqu’ils virent qu’elle était déjà toute dure, ils explosèrent de rire en continuant à se branler : je fis de même.

Ma femme qui s’était retournée en entendant l’explosion de rire, me vit me branler à son spectacle.

Le mec à la grosse queue la remit immédiatement au travail en lui lâchant :
- T’occupe pas salope, dégrafe ta jupe et suce moi la queue.

Ma femme s’exécuta. Elle mit ses mains dans son dos à hauteur de l’agrafe de sa jupe et la dégrafa d’un seul coup. Elle la fit glisser, se remit à genoux et se masturba en suçant la grosse queue.

Un moment, le mec recula, se baissa et mis la main à la chatte de ma femme. Il remua violemment sa main dans son vagin et ma femme éjacula un long jet en un râle d’épuisement.

Il la remit à lui sucer bite, ma femme était ivre de plaisir et recommença à se masturber. Il l’encourageait :
- Vas-y suce salope de blanche, je vais te la mettre dans le fond de la gorge !

Ma femme râlait à chacune de ses insultes.
- Vas-y suce, ton mari aime-ça il se branle sa petite bite en te regardant !

À ses mots ma femme convulsa et gicla toute seul en un long jet.

À ce moment le mec la regarda et lui demanda :
- T’as envie de te faire baiser salope ? T’as envie de te faire baiser par ma grosse queue hein ?

Ma femme émit un petit son qui ressemblait à « oui ». Le mec répliqua :
- Dis-la à ton mari que t’as envie de te faire baiser par ma grosse queue ! Dis lui !

Elle ne s’adressa même pas à moi mais directement à lui :
- Baise moi avec ta grosse queue !

Il se calma et dit d’une voix plus douce :
- Allonge toi salope !

Ma femme s’allongea sur une banquette et écarta les jambes attendant le gros membre qui s’approchait. Tellement ma femme était trempée, qu’il l’enfourna d’un coup et elle éclata en long râle de plaisir : il venait déjà de la faire jouir !

À partir de ce moment-là, le mec à la grosse queue fut plus doux avec ma femme et lui parla plus tendrement. Les trois autres s’approchèrent et se répartirent autour de ma femme tout en continuant à se branler. Ils m’invitèrent à les rejoindre et ma femme me vit approcher avec ma petite bite à la main.

Elle jouissait lentement sous le va et vient profond de la grosse bite. Les deux arabes en face de moi lui demandèrent de prendre ses seins dans ses mains, celui qui était à mes côtés ne bronchait pas et se branlait doucement comme moi.

Soudain, sous l’excitation de ma femme, un des deux arabes qui étaient en face de moi se mit à jouir et lâcha tout son sperme chaud sur le ventre de ma femme. Aux jets de spermes qui tombaient sur son ventre ma femme accéléra sa jouissance et le mec à la grosse queue son rythme. Le flot de sperme écoulée le mec à la grosse queue se retira momentanément et mit ses gros doigts dans le vagin de ma femme qui éjacula immédiatement comme une salope en chaleur. Elle avait sentit le sperme arabe et avait immédiatement jouit.

Le mec à la grosse queue réitéra l’opération lorsque le mec à côté de moi, puis le mec en face lâchèrent successivement leur sperme sur le ventre et les seins de ma femme. Celle-ci devait être excitée par l’odeur du sperme arabe.

Après avoir jouit, les mecs se rhabillèrent un à un et remontèrent dans la salle du restaurant.

Nous étions désormais plus que trois : ma femme qui était en train de se faire baiser par l’arabe à la grosse queue et moi, qui me branlait au-dessus des seins de ma femme.

C’est là que le mec à la grosse queue se remit à parler à ma femme :
- Ça te plaît de voir ton mari branler sa petite bite pendant que tu te fais baiser par ma grosse queue d’arabe hein ? Ça te plaît de faire la salope devant ton mari hein ?

Puis il s’adressa directement à moi :
- Et toi ça te plaît de voir ta femme se faire défoncer par une grosse queue d’arabe hein ? Ça te plait de voir ta femme se faire traiter comme une salope hein ? Allez branle-toi sur ta salope… vas-y branle ta petite bite sur ta salope !…

Le mec s’excitait tout seul et ses coups de queues devenaient de plus en plus rapides et saccadées, et à ces mots, je pus difficilement retenir plus longtemps mon éjaculation. Ma femme le senti en même temps qu’elle était assaillie par des coups de boutoir de plus en plus violent.

- Ah oui ça te plait de voir ta femme se faire traiter comme une salope par des arabes hein ?

Je ne pus me retenir… J’éjaculai à long jets fins et puissants sur ma femme qui exultait… Quand au mec, sa propre excitation avait pris le dessus et il retira soudain sa queue pour éjaculer sur le pubis de ma femme à longs jets épais. Ma femme gueulait comme une guenon en rut, nous avions jouis tous les trois ensemble.

À peine finit de jouir, le mec m’ordonna de me pousser et vint à ma place pour se faire sucer les dernières gouttes de sperme par ma femme… Je me poussa et vint à la place du mec, entre les jambes de ma femme. Celle-ci était encore manifestement excitée et suçait la grosse bite avec de doux râles…

Je compris qu’il ne me restait qu’une chose à faire. Je m’accroupi et me mis à lécher a chatte de ma femme. Elle était toute humide et défoncée, et l’odeur âcre du sperme épais de l’arabe envahissait mes narines.

Le mec fini par se rhabiller et remonter dans le restaurant, tandis que sous mes coups de langues, ma femme continuait à jouir clitoridiennement toutes les trois ou quatre minutes.

Nous étions là tous les deux, moi à branler ma petite bite qui redurcissait du fait de l’excitation terrible que nous avions vécu, et ma femme qui jouissait sous mes coup de langues, lorsqu’Ali, le patron, descendit les escaliers.

« Allez vous, nous dit-il, c’est fini on ferme, j’ai pas que ça à faire… C’est pas un hôtel de passe ici ! »

Nous nous rhabillâmes et au moment de remonter et de sortir, Ali nous demanda :
- Dîtes donc, c’est pas tout ça mais les gars ont consommé une bouteille et ils ne l’ont pas payé. Vous me devez vos deux repas plus une bouteille. Ça fera 200 € j’arrondis.

J’ai de suite payé et nous partîmes sans discuter.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris