Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > L’Anti-Justine > D’avis très utile au lecteur, et à l’auteur

Navigation



Les Délices de l’Amour

D’avis très utile au lecteur, et à l’auteur

L’Anti-Justine (chapitre XXVI)



Auteur :

Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.


Chapitre XXVI
D’avis très utile au lecteur, et à l’auteur.

Nous en sommes enfin au temps si souvent annoncé des fouteries majeures. Si je les avais rapportées sans préparation, elles auraient étonné. Mais qu’on sache que j’étais sûr, en les commençant, non seulement d’avoir pour mes filles deux des trois payeurs qui soldaient Vitnègre, mais encore de les faire précéder par la jolie chapelière de la rue Bordet, qui, vendue au plus douteux, devait m’instruire de la moralité de tous les trois. Il était donc essentiel, pour éviter qu’elles ne fussent estropiées, de les faire prodigieusement élargir, en évitant néanmoins de les prodiguer à trop de déchargeurs en con. L’on verra comme je m’y prendrai pour cela.

On trouvera dans le récit un épisode, à chaque séance, tant pour varier la scène, et reposer l’imagination, que pour raconter quelques aventures, que j’ai cru devoir supprimer au commencement. Chaque historiette lue ou racontée ne sortira pas du genre. Rien de plus déplacé, dans un ouvrage comme celui-ci, qu’une dissertation philosophique ; elle y devient insipide, et par là même dégoûte de la philosophie. Mon but moral, qui en vaut bien un autre, est de donner à ceux qui ont le tempérament paresseux, un Erotikon épicé, qui les fasse servir convenablement une épouse qui n’est plus belle. C’est ce que j’ai vu faire à plusieurs hommes, qui se servaient pour cela du livre cruel et si dangereux de Justine, ou les Malheurs de la Vertu. J’en ai un plus important encore ; je veux préserver les femmes du délire de la cruauté. L’Anti-Justine, non moins savoureuse, non moins emportée que la Justine, mais sans barbarie, empêchera désormais les hommes d’avoir recours à celle-ci. La publication de la concurrente antidotale est urgente, et je me déshonore volontiers aux yeux des sots, des puristes et des irréfléchis, pour la donner à mes concitoyens.

L’ouvrage aura deux parties. Après le récit formant la première, succéderont des lettres, non moins assaisonnées, composant la seconde. Les filles de Cupidonnet lui racontent les parties de plaisir que leur faisaient faire leurs entreteneurs ; parties où, dans le délire de l’ivresse, leurs payeurs les faisaient quelquefois posséder par 12 hommes… Mais toutes ces lettres ne sont pas érotiques : il en est d’intéressantes par un autre motif ; tel est celui d’une résurrection, avec la découverte importante de l’origine de Conquette-Ingénue, et de Victoire-Conquette, noms de deux filles que les miennes ont remplacées. Ce qui me justifiera d’une certaine chose, qui sans doute a déjà effarouché plus d’un lecteur… Je n’en dirai pas davantage là-dessus.

On ne peut trop multiplier les observations sur les scènes que je vais mettre sous la vue du lecteur. Pour remplacer la Justine, et faire préférer l’Anti-Justine, il faut que celle-ci surpasse l’autre en volupté, autant qu’elle lui cède en cruauté. Il faut qu’un seul chapitre lu par un homme, sur l’inspection de la table, lui fasse exploiter sa femme, jeune ou vieille, laide ou jolie, pourvu que la dame ait fait bidet, et qu’elle soit bien chaussée.

Voir en ligne : Du commencement des grandes fouteries (chapitre XXVII)

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS d’après le roman érotique de Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris