Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > Petites scènes amoureuses > Dialogues des lécheuses

Navigation



Douze douzains de Dialogues

Dialogues des lécheuses

Petites scènes amoureuses (4)



Auteur :

Pierre Louÿs, Douze douzains de Dialogues ou Petites scènes amoureuses, Première publication : Éd. Robert Telin, Paris, 1927.


DIALOGUES DES LÉCHEUSES

I
L’ESSAI PRÉALABLE

« Oh ! je remercie bien Madame, qu’elle a dit à la nouvelle fille de cuisine que son lit était pas prêt et qu’elle couche avec moi.
- Alors ça s’est bien passé ? Racontez-moi ça !
- Quand on a été couchées, la lumière éteinte, je l’ai empoignée par les poils, comme de juste…
- Elle en a déjà ?
- Ça pousse. Je lui ai pris la motte par la barbichette, vous croyez que ça l’a gênée ? Elle a fait tout bas : “Maman on me viole !” et puis elle a ouvert les cuisses… Ah ! si j’avais été un homme ça n’aurait pas été difficile d’enfiler cette gamine-là ! Le temps de l’appeler putain j’avais déjà le doigt dedans.
- Pas de pucelage ?
- Madame veut rire. Mais tout de même un gentil petit chat. Avec un doigt, on le remplit et on touche le fond tout de suite.
- Jouisseuse ?
- Ah ! la petite cochonne ! Et câline ! J’ai pas eu besoin d’y demander. Sitôt qu’elle a eu mon doigt dedans elle m’a branlée, et elle s’y entend, ah ! là ! là ! Je peux dire que quand j’ai joui, j’ai pas perdu mon coup. Elle est gousse dans le sang, cette gosse-là. Moi, j’ai pas voulu y demander sa langue pour que Madame en ait l’étrenne, mais… »

II
LE TROISIÈME MAMELON

« Monte sur mon lit, grosse sale. Monte ici, que je te lèche.
- C’est toujours mon con ? II n’a pas changé depuis la semaine dernière ?
- Non, il n’a pas changé. II est toujours gras et poilu. Tiens, toute ma langue dedans comme une pine.
- N’oublie pas le bouton.
- Ton bouton ? je le mangerais.
- Ah ! tu me fais mal, tu mords ! pas si fort, ma chérie, tu vas le couper… Ah !… je le fais… je décharge… tiens, mon foutre. Ah ! je le sens couler…
- Tu jouis trop vite, tu vas jouir encore, je le veux.
- Oh ! oui encore…
- Je te bois, mon amour. Je te bois…
- Tiens, tiens…
- C’est comme du lait... tu es ma nourrice. Dieu ! comme tu jouis !
- Je suis rompue. »

III
PENDANT QUE TU FAIS TA PRIÈRE

« Pendant que tu fais ta prière, laisse-moi essayer quelque chose.
- Je suis sûre que c’est quelque chose de sale.
- Probablement.
- Et quoi encore ?
- Comment, tu te mets à genoux devant moi, tu tends le cul comme si tu voulais te faire enculer et tu ne veux pas que je lèche ?
- Oh ! pas là !
- Mais si, là ! tiens, sens ma langue, petite chérie, sens-la qui te torche le trou du cul…
- Oh ! mais elle pousse, elle pousse, elle va entrer.
- Oui, figure-toi que c’est une pine !
- Mais, chérie, mais tu m’encules… Oh ! que ta langue est dure, elle me transperce… J’en ai au moins long comme le pouce, dans moi… Oh ! que c’est doux ! et que cela excite… Oh ! elle me lèche dedans… la sale… oui… oui… branle-moi en même temps… je mouille comme une fontaine… Ha ! ha ! comme je jouis !… ha ! comme je jouis ! »

IV
LA PARFAITE FEMME DE CHAMBRE

« Madame, c’est moi la femme de chambre qu’on vous a parlé.
- Ah !… Vous avez des certificats ?
- J’en ai de mes premières places ; mais Madame voudra bien comprendre que pour apprendre mon petit talent j’ai été depuis dans une maison où qu’on ne vous donne pas de papiers.
- La porte est fermée ?
- N’ayez crainte… Et puis je parle tout bas… On m’a dit les goûts de Madame. Je suis au courant du service… Et, jolie comme Madame l’est, Madame peut compter que ça sera tout plaisir pour moi.
- Vous n’avez pas d’amant ?
- Oh ! Madame !
- Pas d’amie ?
- Ça, c’est autre chose.
- Eh bien, il faudra la quitter. Vous savez cela ?
- Oui, Madame. Et habiter dans l’appartement, on me l’a dit. Et être gentille tous les soirs jusqu’à trois heures du matin… Monsieur vient de sortir. Si Madame veut en profiter pour avoir un échantillon de mon savoir-faire, je vais ôter mon chapeau. »

V
AU BORDEL

« Petite polissonne, c’est comme ça que tu viens chercher les femmes dans les maisons ?
- Oui… tu vois.
- Et tu aimes les brunes ?… ah ! petite cochonne. Tiens, pelote-les, mes gros tétons, prends-les dans les mains… Alors nous allons faire des grosses polissonneries, nous deux ?
- Qu’est-ce que tu sais faire ?
- Tout ce que tu voudras, ma belle. Je serai bien salope, je te ferai tout ce que tu aimes. Mais aussi tu seras bien gentille !… Tu sais, avec les dames c’est pas comme avec les messieurs. Il faudra me faire bien riche, ma petite femme. Qu’est-ce que tu me donneras ?
- Ma langue.
- Et puis deux louis avec ? Veux-tu te coucher ?
- Dis-moi ce que tu me donneras, ma poulette… Tu dois bien comprendre… Ces choses-là sont pas ordinaires… On ne les fait pas avec tout le monde… Dis-moi ce que tu me donneras et je te ferai bien jouir, bien décharger.
- Zut ! fais monter une autre femme. »

VI
PUPILLE DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE

« Moi, je n’ai plus besoin de personne, depuis que j’ai ma petite Sixi.
- Qu’est-ce que c’est que ta petite Sixi ?
- Une pupille de l’Assistance publique que j’ai recueillie, adoptée… En faisant un jour une visite de charité, j’ai causé avec la directrice. Elle m’a parlé d’une enfant de douze ans qui était corrompue jusqu’aux moelles, un ferment de vice dans les dortoirs… Je l’ai adoptée pour la sauver.
- Et tu te fais gousser par elle ?
- Tu parles, ma chère ! Les deux trous.
- Quelle abomination ! II te faut des enfants de douze ans, maintenant, c’est honteux !
- Douze ans, c’est le bon âge, tu ne sais pas. Si tu voyais comme elle me lèche le cul de bon coeur ! Aussitôt que je suis sur mon lit sa petite bouche est dans mes poils, et lap ! lap ! lap !… ha ! ha ! ha !…
- Elle ne doit pas savoir.
- Y a mieux comme coup de langue, mais je ne peux pas te dire, elle m’excite plus qu’une femme. Je mouille pour elle.
- Et tu le lui rends ? tu lui fais minette ?
- Pas la peine. Elle se branle tout le temps. »

VII
RENSEIGNEMENTS SUR UN CUL DE GOUSSE

« T’as aussi bouffé l’cul d’la fille à la patronne ?
- Non, c’est pour ce soir qu’a m’a dit d’rester. Tu y as fait, toi ? Oh ! dis-moi, c’ment qu’elle est, que je sache !… Elle est dépucelée, dis ?
- Dépucelée ? Tu parles qu’elle est dépucelée ! Si tu voyais la connasse qu’elle a ! j’y fourre la main comme dans ma poche.
- Mais elle a pas vingt ans ?
- Eh ben, elle a un entonnoir, je ne te dis que ça ! Et pis, tu ne sais pas ce qui t’attend, ma gosse. L’soir que j’y ai été, elle m’a couchée à poil sur le pieu, en soixante-neuf, elle sur moi. Un cul mouillé, mais mouillé à croire que la queue en sortait, tant que ça l’excitait, la gousserie. Elle me bavait dessus, je l’avais pas touchée.
- Ah ! mince !
- Attends, t’as pas fini : j’y donne un coup de langue… j’la fous en chaleur, et alors tu peux pas deviner ce qu’il lui a sorti du con : on aurait dit la gueule d’une soularde qui dégobillait du sirop, et tout ça dans ma bouche, la vache. “Merde alors, vous vous êtes donc pas branlée depuis trois jours ?” que je l’y ai dit… »

Voir en ligne : Dialogues des phallophores - Petites scènes amoureuses (5)

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS d’après le texte érotique de Pierre Louÿs, Douze douzains de Dialogues ou Petites scènes amoureuses, Première publication : Éd. Robert Telin, Paris, 1927.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris