Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > L’Armée de volupté > L’Armée de Volupté - I

Navigation



Le Nismois

L’Armée de Volupté - I

Roman érotique (Chapitre I)



Auteur :

Le Nismois (Alphonse Momas), L’Armée de volupté, Texte imprimé, Paris-Bruxelles [s.n.], 1900.


I

Ce matin-là, Émile Lodenbach se leva tard.

Il avait dansé une grande partie de la nuit chez la comtesse de Bouttevelle, se prodiguant aux plus jolies et aux plus enragées valseuses, malgré ses trente-deux ans lui conseillant de commencer à se modérer, et de plus, il avait fort discuté et disputé avec la belle Lucette de Mongellan, discussion et dispute qui l’empêchèrent de dormir, une fois dans son lit, jusqu’au plein jour.
- Ah, Lucette, murmurait-il, tournant et retournant sur sa couche.

Lucette de Mongellan, la grâce en personne, vingt-huit ans, brune ensorcelante de beauté et de verve, voltigeait devant ses yeux et soufflait sur le sommeil, qu’elle disputait sans peine par le seul charme de son souvenir.

Pourquoi discuter et disputer avec une jolie femme ? Pour obtenir ce qu’elle ne paraît pas disposée à accorder, ou qu’elle s’amuse à ajourner.

Lucette cependant accusait par moments de réels élans de tendresse. Esprit féminin, qui saura jamais ce qui se cache dans vos profondeurs !

Émile le se leva tard et de méchante humeur, malmena don fidèle valet de chambre Léonard, fit une scène à la cuisinière Rosalie sur son omelette pas assez baveuse, comme il les aimait, jeta son café par la fenêtre, donnant heureusement sur un petit jardin de l’hôtel qu’il occupait, rue Cortambert, et, maussadement installé dans son cabinet de travail, se décida à parcourir sa correspondance.

Quelle profession exerçait Émile Lodenbach ? Aucune, si ce n’est celle de toucher des rentes et des loyers pour son compte personnel. Quatre-vingt mille francs de rentes à gérer : des soucis et des ennuis pour toute une existence. Ces malheureux riches, on ne les plaindra jamais assez ! Néanmoins, un bon point à l’actif d’Émile : il s’intéressait à quelques amis moins fortunés, leur prêtait parfois de l’argent, sans conditions, un comble, quand ils lui en demandaient pour une idée qu’il trouvait bonne, et chose non moins extraordinaire, l’idée réussissant, on lui rendait son argent avec une grosse part de bénéfice, qu’il refusait, mais qu’on l’obligeait à accepter, sous le prétexte que ça servirait à augmenter sa caisse de prêt.

Cette caisse, il l’avait vue grossir, au point de constituer une petite fortune à côté de la sienne, et voilà qu’elle avait fini par lui imposer tout un travail de comptabilité et de correspondance, les amis satisfaits recommandant leurs amis en quête d’un capitaliste bon garçon, qu’il ne repoussait jamais sans s’être instruit sur la valeur de l’homme et de l’idée soumise à son jugement.

Son esprit, distrait ce jour-là, lisait mal le courrier. Lucette ne désertait pas sa pensée.
- Ah, Lucette, Lucette répétait-il pour la millième fois ! Que peut-elle bien avoir pour être si accueillante et si moqueuse, si ardente et puis si glaciale, si facile à comprendre les choses de coeur…. et des sens, et si prompte à les rejeter ! Coquette, certes elle l’est à vous damner, mais bonne aussi, cela se voit, dans son oeil humide, quand on lui dépeint le feu qui vous consume !… Oui, mais elle vous laisse consumer. En vérité je suis malade toutes les fois que je me rencontre avec Lucette, je m’échauffe le tempérament comme un jeune daim, je me mets dans des états qui m’entraînent à courir le lendemain aux Folies-Bergère, au Moulin-Rouge ou ailleurs, moi, un homme posé, un homme sérieux, car, par les cornes du diable, depuis que je la connais, impossible de m’acoquiner à une fleur quelconque, dont j’userais le parfum en un temps plus ou moins long. Ah, Lucette, ce soir encore il faudra m’égarer vers le Jardin de Paris ! Est-ce raisonnable ?

Il froissait dans les mains une lettre, puis tout à , courant à la signature, remarqua qu’elle n’en portait pas.
- Hein, qu’est-ce que cette affaire ?
II relut l’épître à laquelle il n’avait attaché aucune importance, et demeura bouche bée, se demandant si l’on… se foutait de lui.

À Monsieur Émile Lodenbach,

L’amour et ses plaisirs sont les seules lois du progrès.

La femme est la déesse du temple, l’homme est le lévite.

Les oraisons et les prières deviennent les sources de la volupté.

Tout engagé et toute engagée dans notre armée acceptent la communion générale d’amour qui unit les uns aux autres les soldats et les officiers dans les plaisirs féminins, avec la délicatesse dans les nuances de toutes les phases de la volupté, grâce à l’entente parfaite entre tous.

Aimer la femme, c’est aimer Dieu : on n’aime la femme qu’en la proclamant prêtresse d’amour, ouvrant à tous ses frères les portes de l’Infini, dans l’ivresse des multiples sensualités.

Examinant le papier sous toutes ses faces, Émile Lodenbach cherchait une explication.
- L’amour et ses plaisirs, murmura-t-il, sont les lois du progrès ! Eh bien, et après ? Qu’est-ce que ça me fiche. La femme est déesse du temple, l’homme est le lévite ! Ah, Lucette, Lucette.

Une fois de plus, il lança l’exclamation. Décidément Lucette le subjuguait ! Savait-elle la domination qu’elle exerçait sur son être ! Ah, quelle femme, quelle coquette !

Elle attisait le feu avec son marivaudage qui parfois, souvent, frôlait l’effronterie cynique, mais quelle gentillesse dans cette effronterie ! Les mots sortaient des lèvres dans un sourire de candeur qui stupéfiait et coupait court à la réplique. Que dit-elle donc dans la dernière valse, alors qu’elle s’abandonnait les yeux mourants, au vertige du tournoiement, le corps presque dans ses bras ? Oui il se rappelait. Un gros soupir gonfla sa poitrine, le monde n’existait plus, il lui semblait qu’il la possédait, et ses mains prirent connaissance par dessus la toilette des trésors qu’il convoitait : les yeux de Lucette se levèrent sur les siens, avec un frémissement des cils et elle murmura :
- Vous me voyez et vous me sentez nue !

Était-il possible qu’un homme, à ces simples paroles d’une femme, éprouvât une telle commotion ! Oui, il l’apercevait nue, il la tenait, elle redevint moqueuse et ajouta :
- Pauvre Émile, vous perdez… votre bien !

Il perdait, il perdait, ah, elle ne retirait pas son corps de la molle pression dans laquelle ils tourbillonnaient ; il rougissait comme un enfant fautif, elle maintenait une jambe presque collée contre les siennes, il eut un tremblement, on attaquait les dernières mesures, elle dit tout doucement :
- Ralentissons, mon ami, ralentissons, pour nous arrêter près d’une porte. Vous vous sauverez. Vous avez besoin de sécher. Notre soirée est finie ensemble : Merci bien, je serais jolie, si vous me produisiez le même effet !

Que répondre, que répliquer à une telle femme !

Affectueuse et déconcertante, aimante et railleuse, adorable et haïssable, ah, Lucette, Lucette !

Voir en ligne : L’Armée de Volupté - II

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS.COM d’après le roman érotique de Le Nismois (Alphonse Momas), L’Armée de volupté, Texte imprimé, Paris-Bruxelles [s.n.], 1900.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris