Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > L’École du libertinage > La pucelle et le vieux notaire

Navigation



L’École du libertinage

La pucelle et le vieux notaire

Les 120 journées de Sodome (15e journée)



Auteur :

Mots-clés : |

Le Marquis de Sade, Les 120 journées de Sodome, ou l’École du libertinage, Éd. Club des bibliophiles, Paris, 1904.


XIX — Quinzième journée

Rarement un lendemain de correction offrait des coupables. Il n’y en eut aucun ce jour-là, mais toujours strict sur les permissions de chier le matin, on n’accorda cette faveur qu’à Hercule, Michette, Sophie et la Desgranges, et Curval pensa décharger en voyant opérer cette dernière. On fit peu de choses au café, on se contenta d’y manier des fesses et d’y sucer quelques trous de culs, et, l’heure sonnant, on fut promptement s’installer au cabinet d’histoire où Duclos reprit en ces termes :

« Il venait d’arriver chez la Fournier une jeune fille d’environ douze à treize ans, toujours fruit des séductions de cet homme singulier dont je vous ai parlé. Mais je doute que depuis bien longtemps il eût rien débauché d’aussi mignon, d’aussi frais et d’aussi joli. Elle était blonde, grande pour son âge, faite à peindre, la physionomie tendre et voluptueuse, les plus beaux yeux qu’on pût voir, et dans toute sa charmante personne un ensemble doux et intéressant qui achevait de la rendre enchanteresse. Mais à quel avilissement tant d’appas allaient-ils être livrés et quel début honteux ne leur préparait-on pas ! C’était la fille d’une marchande lingère du Palais, très à son aise et qui très sûrement était destinée à un sort plus heureux que celui de faire la putain. Mais plus par ses perfides séductions notre homme en question faisait perdre le bonheur à ses victimes et mieux il jouissait. La petite Lucile était destinée à satisfaire dès son arrivée les caprices sales et dégoûtants d’un homme qui, ne se contentant pas d’avoir le goût le plus crapuleux, voulait encore l’exercer sur une pucelle. Il arrive : c’était un vieux notaire cousu d’or et qui avait, avec sa richesse, toute la brutalité que donnent l’avarice et la luxure dans une vieille âme quand elles y sont réunies. On lui fait voir l’enfant ; quelque jolie qu’elle fût, son premier mouvement est celui du dédain ; il bougonne, il jure entre ses dents qu’il n’est plus possible à présent de trouver une jolie fille à Paris ; il demande enfin si elle est bien certainement pucelle, on l’assure que oui, on lui offre de le lui faire voir : "Moi, voir un con, madame Fournier, moi, voir un con ? Vous n’y pensez pas, je crois ; m’en avez-vous vu beaucoup considérer depuis que je viens chez vous ? Je m’en sers, il est vrai, mais d’une manière, je crois, qui ne prouve pas mon grand attachement pour eux. — Eh bien ! monsieur, dit la Fournier, en ce cas, rapportez-vous-en à nous, je vous proteste qu’elle est vierge comme l’enfant qui vient de naître." On monte, et comme vous l’imaginez bien, curieuse d’un tel tête-à-tête, je vais m’établir à mon trou. La pauvre petite Lucile était d’une honte qui ne saurait se peindre qu’avec les expressions superlatives qu’il faudrait employer pour peindre l’impudence, la brutalité et la mauvaise humeur de son sexagénaire amant. "Eh bien ! qu’est-ce que vous faites là, toute droite, comme une bête ? lui dit-il d’un ton brusque. Faut-il que je vous dise de vous trousser ? Ne devrais je pas déjà avoir vu votre cul depuis deux heures ?... Eh bien ! allons donc ! — Mais, monsieur, que faut-il faire ? — Eh, sacredié ! est-ce que ça se demande ?... Que faut-il faire ? Il faut vous trousser et me montrer les fesses." Lucile obéit en tremblant et découvre un petit cul blanc et mignon comme le serait celui de Vénus même. "Hum... la belle médaille, dit le brutal... Approchez-vous..." Puis, lui empoignant durement les deux fesses en les écartant : "Est-il bien sûr qu’on ne vous a jamais rien fait par là ? — Oh ! monsieur, jamais personne ne m a touchée. — Allons ! pétez. — Mais, monsieur, je ne peux pas. — Eh bien ! efforcez-vous." Elle obéit, un léger vent s’échappe et vient retentir dans la bouche empoisonnée du vieux libertin qui s’en délecte en murmurant. "Avez-vous envié de chier ? continue le libertin. — Non, monsieur. — Oh bien ! J’en ai envie moi, et une copieuse, afin que vous le sachiez. Ainsi préparez-vous à la satisfaire... quittez ces jupes." Elles disparaissent. "Posez-vous sur ce sofa, les cuisses très élevées et la tête fort basse." Lucile se place, le vieux notaire l’arrange et la pose de manière à ce que ses jambes très séparées laissent son joli petit con dans le plus grand écartement possible, et si bien placé à la hauteur du fessier de notre homme qu’il peut s’en servir comme d’un pot de chambre. Telle était sa céleste intention, et pour rendre le vase plus commode, il commence par l’écarter de ses deux mains autant qu’il a de force. Il se place, il pousse, un étron vient se poser dans le sanctuaire où l’Amour même n’eût pas dédaigné d’avoir un temple. Il se retourne et, de ses doigts, enfonce autant qu’il peut dans le vagin entrouvert le sale excrément qu’il vient de déposer. Il se replace, en pousse un second, puis un troisième, et toujours à chaque la même cérémonie d’introduction. Enfin au dernier, il la fait avec tant de brutalité que la petite jeta un cri et perdit peut-être par cette dégoûtante opération la fleur précieuse dont la nature ne l’avait ornée que pour en faire part à l’hymen. Tel était l’instant de jouissance de notre libertin. Avoir rempli le jeune et joli petit con de merde, l’y fouler et l’y refouler, tel était son délice suprême. Il sort toujours en agissant une manière de vit de sa brayette ; tout mou qu’il est, il le secoue et parvient, en s’occupant de son dégoûtant ouvrage, à jeter à terre quelques gouttes d’un sperme rare et flétri et dont il devrait bien regretter la perte quand elle n’est due qu’à de telles infamies. Son affaire finie il décampe ; Lucile se lave, et tout est dit.
"On m’en décocha un quelque temps après dont la manie me parut plus dégoûtante. C’était un vieux conseiller de grand-chambre. Il fallait non seulement le regarder chier, mais l’aider, faciliter de mes doigts le dégorgement de la matière en pressant, ouvrant, comprimant à propos l’anus, et l’opération faite, lui nettoyer de ma langue avec le plus grand soin toute la partie qui venait d’être souillée." »

« Ah, parbleu ! voilà en effet une corvée bien fatigante, dit l’évêque : est-ce que ces quatre dames que vous voyez ici, et qui sont pourtant nos épouses, nos filles ou nos nièces, n’ont pas ce département-là tous les jours ? Et à quoi diable servirait, je vous prie, la langue d’une femme, si ce n’était à torcher des culs. Pour moi, je ne lui connais que cet usage-là. Constance, poursuit l’évêque à cette belle épouse du duc qui était pour lors sur son sofa, prouvez un peu à la Duclos votre habileté dans cette partie ; tenez, voilà mon cul très sale, il n’a pas été torché depuis ce matin, je vous le gardais... Allons, déployez vos talents." Et la malheureuse, trop accoutumée à ces horreurs, les exécute en femme consommée. Que ne produisent pas, grand Dieu, la crainte et l’esclavage ! »

« Oh, parbleu ! dit Curval en présentant son vilain trou bourbeux à la charmante Aline, tu ne seras pas le seul à donner ici l’exemple. Allons ! petite putain, dit-il à cette belle et vertueuse fille, surpassez votre compagne." Et on exécute. "Allons, continue, Duclos, dit l’évêque, nous voulions seulement te faire voir que ton homme n’exigeait rien de trop singulier et qu’une langue de femme n’est bonne qu’à torcher un cul." » L’aimable Duclos se mit à rire et continua ce qu’on va lire :

« Vous me permettrez, messieurs, dit-elle, d’interrompre un instant le récit des passions pour vous faire part d’un événement qui n’y a aucun rapport. Il me regarde seule, mais comme vous m’avez ordonné de suivre les événements intéressants de mon histoire même quand ils ne tiendraient pas au récit des goûts, j’ai cru que celui-ci était de nature à ne devoir pas rester dans le silence. Il y avait très longtemps que j’étais chez Mme Fournier, devenue la plus ancienne de son sérail et celle en qui elle avait le plus confiance. C’était moi qui le plus souvent qui arrangeais les parties et qui en recevais les fonds. Cette femme m’avait tenu lieu de mère, elle m’avait secourue dans différents besoins, n’avait écrit fidèlement en Angleterre, m’avait amicalement ouvert sa maison au retour, quand mon dérangement m’y fit désirer un nouvel asile. Vingt fois elle m’avait prêté de l’argent et souvent sans en exiger la reddition. L’instant vint de lui prouver ma reconnaissance et de répondre à son extrême confiance en moi, et vous allez juger, messieurs, comme mon âme s’ouvrait à la vertu et l’accès facile qu’elle y avait. La Fournier tombe malade et son premier soin est de me faire appeler. "Duclos, mon enfant, je t’aime, me dit-elle, tu le sais et je vais te le prouver par l’extrême confiance que je vais avoir en toi dans ce moment-ci. Je te crois, malgré ta mauvaise tête, incapable de tromper une amie ; me voilà fort malade, je suis vieille et ne sais, par conséquent, ce que ceci deviendra. J’ai des parents qui vont tomber sur ma succession ; je veux au moins leur frustrer cent mille francs que j’ai en or dans ce petit coffre. Tiens, mon enfant, dit-elle, les voilà, je te les remets en exigeant de toi que tu en fasses la disposition que je te vais prescrire. — Oh, ma chère mère, lui dis-je en lui tendant les bras, ces précautions me désolent ; elles seront sûrement inutiles, mais si malheureusement elles devenaient nécessaires, je vous fais serment de mon exactitude à remplir vos intentions. — Je le crois, mon enfant, me dit-elle ; et voilà pourquoi j’ai jeté les yeux sur toi. Ce petit coffre contient donc cent mille francs en or ; j’ai quelques scrupules, ma chère amie, quelques remords de la vie que j’ai menée, de la quantité de filles que j’ai jetées dans le crime et que j’ai arrachées à Dieu. Je veux donc employer deux moyens pour me rendre la divinité moins sévère : celui de l’aumône et celui de la prière. Les deux premières portions de cette somme, que tu composeras de quinze mille francs chacune, seront l’une pour être remis aux capucins de la rue Saint-Honoré, afin que ces bons pères disent à perpétuité une messe pour le salut de mon âme ; l’autre part, de même somme, tu la remettras, dès que j’aurai fermé les yeux, au curé de la paroisse, afin qu’il la distribue en aumônes parmi les pauvres du quartier. C’est une excellente chose que l’aumône, mon enfant ; rien ne répare comme elle, aux yeux de Dieu, les péchés que nous avons commis sur la terre. Les pauvres sont ses enfants et il chérit tous ceux qui les soulagent ; on ne lui plaît jamais autant que par les aumônes. C’est la véritable façon de gagner le ciel, mon enfant. À l’égard de la troisième part, tu la formeras de soixante mille livres, que tu remettras, tout de suite après ma mort, au nommé Petignon, garçon cordonnier, rue du Bouloir. Ce malheureux est mon fils, il ne s’en doute pas, c’est un bâtard adultérin ; je veux donner à ce malheureux orphelin, en mourant, des marques de ma tendresse. À l’égard des dix mille autres livres restantes, ma chère Duclos, je te prie de les garder comme une faible marque de mon attachement pour toi et pour te dédommager des soins que va te donner l’emploi du reste. Puisse cette faible somme t’aider à prendre un parti et à quitter l’indigne métier que nous faisons, dans lequel il n’y a point de salut, ni d’espoir de le jamais faire." Intérieurement enchantée de tenir une si bonne somme et très décidée, de peur de m’embrouiller dans les partages, de ne faire qu’un seul lot pour moi seule, je me jetai artificieusement en larmes dans les bras de la vieille matrone, lui renouvelant mes serments de fidélité, et ne m’occupai plus que des moyens d’empêcher qu’un cruel retour de santé n’allât faire changer sa résolution. Ce moyen se présenta dès le lendemain : le médecin ordonna un émétique, et comme c’était moi qui la soignais, ce fut à moi qu’il remit le paquet, me faisant observer qu’il y avait deux prises, de prendre bien garde de les séparer, parce que je la ferais crever si je lui donnais tout à la fois ; et de n’administrer la seconde dose que dans le cas où la première ne ferait pas assez d’effet. Je promis bien à l’Esculape d’avoir tous les égards possibles, et dès qu’il eut le dos tourné, bannissant de mon cœur tous ces futiles sentiments de reconnaissance qui auraient arrêté une âme faible, écartant tout repentir et toute faiblesse, et ne considérant que mon or, que le doux charme de le posséder et le chatouillement délicieux qu’on éprouve toujours chaque fois qu’on projette une mauvaise action, pronostic certain du plaisir qu’elle donnera, ne me livrant qu’à tout cela, dis-je, je campai sur-le-champ les deux prises dans un verre d’eau et présentai le breuvage à ma douce amie, qui, avalant avec sécurité, y trouva bientôt la mort que j’avais tâché de lui procurer. Je ne puis vous peindre ce que je sentis quand je vis réussir mon ouvrage. Chacun des vomissements par lesquels s’exhalait sa vie produisait une sensation vraiment délicieuse sur toute mon organisation : je l’écoutais, je la regardais, j’étais exactement dans l’ivresse. Elle me tendait les bras, elle m’adressait un dernier adieu, et je jouissais, et je formais déjà mille projets avec cet or que j’allais posséder. Ce ne fut pas long ; la Fournier creva dès le même soir et je me vis maîtresse du magot. »

« Duclos, dit le duc, soit vraie : te branlas-tu ? La sensation fine et voluptueuse du crime atteignit-elle l’organe de la volupté ? — Oui, monseigneur, je vous l’avoue ; et j’en déchargeai cinq fois de suite dès le même soir. — Il est donc vrai, dit le duc en s’écriant, il est donc vrai que le crime a par lui-même un tel attrait, qu’indépendamment de toute volupté, il peut suffire à enflammer toutes les passions et à jeter dans le même délire que les actes mêmes de lubricité ! Eh bien ?... — Eh bien, monsieur le duc, je fis enterrer honorablement la patronne, héritai du bâtard Petignon, me gardai bien de faire dire des messes et encore plus de distribuer des aumônes, espèce d’action que j’ai toujours eue en véritable horreur, quelque bien qu’en ait pu dire la Fournier. Je maintiens qu’il faut qu’il y ait des malheureux dans le monde, que la nature le veut, qu’elle l’exige, et que c’est aller contre ses lois en prétendant remettre l’équilibre, si elle a voulu du désordre. — Comment donc, Duclos, dit Durcet, mais tu as des principes ! Je suis bien aise de t’en voir sur cela ; tout soulagement fait à l’infortune est un crime réel contre l’ordre de la nature. L’inégalité qu’elle a mise dans nos individus prouve que cette discordance lui plaît, puisqu’elle l’a établie et qu’elle la veut dans les fortunes comme dans les corps. Et comme il est permis au faible de la réparer par le vol, il est également permis au fort de la rétablir par le refus de ses secours. L’univers ne subsisterait pas un instant si la ressemblance était exacte dans tous les êtres ; c’est de cette dissemblance que naît l’ordre qui conserve et qui conduit tout. Il faut donc bien se garder de le troubler. D’ailleurs, en croyant faire un bien à cette malheureuse classe d’hommes, je fais beaucoup de mal à une autre, car l’infortune est la pépinière où le riche va chercher les objets de sa luxure ou de sa cruauté ; je le prive de cette branche de plaisir en empêchant par mes secours cette classe de se livrer à lui. Je n’ai donc, par mes aumônes, obligé que faiblement une partie de la race humaine, et prodigieusement nui à l’autre. Je regarde donc l’aumône non seulement comme une chose mauvaise en elle-même, mais je la considère encore comme un crime réel envers la nature qui, en nous indiquant les différences, n’a nullement prétendu que nous les troublions. Ainsi, bien loin d’aider le pauvre, de consoler la veuve et de soulager l’orphelin, si j’agis d’après les véritables intentions de la nature, non seulement, je les laisserai dans l’état où la nature les a mis, mais j’aiderai même à ses vues en leur prolongeant cet état et en m’opposant vivement à ce qu’ils en changent, et je croirai sur cela tous les moyens permis. -quoi, dit le duc, même de les voler ou de les ruiner ? — Assurément, dit le financier ; même d’en augmenter le nombre, puisque leur classe sert à une autre, et qu’en les multipliant, si je fais un peu de peine à l’une, je ferai beaucoup de bien à l’autre. — Voilà un système bien dur, mes amis, dit Curval. Il est pourtant, dit-on, si doux de faire du bien aux malheureux ! — Abus ! reprit Durcet, cette jouissance-là ne tient pas contre l’autre. La première est chimérique, l’autre est réelle ; la première tient aux préjugés, l’autre est fondée sur la raison ; l’une, par l’organe de l’orgueil, la plus fausse de toutes nos sensations, peut chatouiller un instant le cœur, l’autre est une véritable jouissance de l’esprit et qui enflamme toutes les passions par cela même qu’elle contrarie les opinions communes. En un mot je bande à l’une, dit Durcet, et je sens très peu de chose à l’autre. — Mais faut-il toujours tout rapporter à ses sens ? dit l’évêque. — Tout, mon ami, dit Durcet ; ce sont eux seuls qui doivent nous guider dans toutes les actions de la vie, parce que ce sont eux seuls dont l’organe est vraiment impérieux. — Mais mille et mille crimes peuvent naître de ce système, dit l’évêque. — Eh, que m’importe le crime, répondit Durcet, pourvu que je me délecte. Le crime est un mode de la nature, une manière dont elle meut l’homme. Pourquoi ne voulez-vous pas que je me laisse mouvoir aussi bien par elle en ce sens-là que par celui de la vertu ? Elle a besoin de l’un et de l’autre, et je la sers aussi bien dans l’un que dans l’autre. Mais nous voici dans une discussion qui nous mènerait trop loin. L’heure du souper va venir, et Duclos est bien loin d’avoir fini sa tâche. Poursuivez, charmante fille, poursuivez, et croyez que vous venez de nous avouer là une action et des systèmes qui vous méritent à jamais notre estime ainsi que celle de tous les philosophes.

« Ma première idée, dès que ma bonne patronne fut enterrée, fut de prendre moi-même sa maison et de la maintenir sur le même pied qu’elle. Je fis part de ce projet à mes compagnes, qui toutes, et Eugénie surtout, qui était toujours ma bien-aimée, me promirent de me regarder comme leur maman. Je n’étais point trop jeune pour prétendre à ce titre : j’avais près de trente ans et toute la raison qu’il fallait pour diriger le couvent. Ainsi, messieurs, ce n’est plus sur le pied de fille du monde que je vais finir le récit de mes aventures, c’est sur celui d’abbesse, assez jeune et assez jolie pour faire souvent ma pratique moi-même, comme cela m’arriva souvent et comme j’aurai soin de vous le faire remarquer chaque fois que cela sera. Toutes les pratiques de la Fournier me restèrent, et j’eus le secret d’en attirer encore de nouvelles, tant par la propreté de mes appartements que par l’excessive soumission de mes filles à tous les caprices des libertins et par le choix heureux de mes sujets.

« Le premier chaland qui m’arriva fut un vieux trésorier de France, ancien ami de la Fournier. Je le donnai à la jeune Lucile dont il parut fort enthousiasmé. Sa manie d’habitude, aussi sale que désagréable pour la fille, consistait à chier sur le visage même de sa dulcinée, à lui barbouiller toute la face avec son étron et puis de la baiser, de la sucer en cet état. Lucile, par amitié pour moi, se laissa faire tout ce que voulut le vieux satyre, et il lui déchargea sur le ventre en baisant et rebaisant son dégoûtant ouvrage.

« Peu après, il en vint un autre qu’Eugénie passa. Il se faisait apporter un tonneau plein de merde, il y plongeait la fille nue et la léchait sur toutes les parties du corps en avalant, jusqu’à ce qu’il l’eût rendue aussi propre qu’il l’avait prise. Celui-là était un fameux avocat, homme riche et très connu et qui, ne possédant pour la jouissance des femmes que les plus minces qualités, y remédiait par ce genre de libertinage qu’il avait aimé toute sa vie.

« Le marquis de ..., vieille pratique de la Fournier, vint, peu après sa mort, m’assurer de sa bienveillance. Il m’assura qu’il continuerait de venir chez moi, et pour m’en convaincre, dès le même soir il vit Eugénie. La passion de ce vieux libertin consistait à baiser d’abord prodigieusement la bouche de la fille. Il avalait le plus qu’il pouvait de sa salive, ensuite il lui baisait les fesses un quart d’heure, faisait péter, et enfin demandait la grosse affaire. Dès qu’on avait fini, il gardait l’étron dans sa bouche et, faisant pencher la fille sur lui, qui l’embrassait d’une main et le branlait de l’autre, pendant qu’il goûtait le plaisir de cette masturbation en chatouillant le trou merdeux, il fallait que la demoiselle vînt manger l’étron qu’elle venait de lui déposer dans la bouche. Quoiqu’il payât ce goût-là fort cher, il trouvait fort peu de filles qui voulussent s’y prêter. Voilà pourquoi le marquis vint me faire sa cour ; il était aussi jaloux de conserver ma pratique que je pouvais l’être d’avoir la sienne. »

En cet instant, le duc échauffé dit que, le souper dût-il sonner, il voulait, avant que de se mettre à table, exécuter cette fantaisie-là. Et voici comme il s’y prit : il fit approcher Sophie, reçut son étron dans la bouche, puis obligea Zélamir à venir manger l’étron de Sophie. Cette manie eût pu devenir une jouissance pour tout autre que pour un enfant tel que Zélamir ; pas assez formé pour en sentir tout le délicieux, il n’y vit que du dégoût et voulut faire quelques façons. Mais le duc le menaçant de toute sa colère s’il balançait une seule minute, il exécuta. L’idée fut trouvée si plaisante que chacun l’imita du plus au moins, car Durcet prétendit qu’il fallait partager les faveurs et qu’il n’était pas juste que les petits garçons mangeassent la merde des filles pendant que les filles n’auraient rien pour elles, et, en conséquence, il se fit chier dans la bouche par Zéphire et ordonna à Augustine de venir manger la marmelade, ce que cette belle et intéressante fille fit en vomissant jusqu’au sang. Curval imita ce bouleversement et reçut l’étron de son cher Adonis, que Michette vint manger non sans imiter la répugnance d’Augustine. Pour l’évêque, il imita son frère, et fit chier la délicate Zelmire en obligeant Céladon à venir avaler la confiture. Il y eut des détails de répugnance très intéressants pour des libertins aux yeux desquels les tourments qu’ils infligent sont des jouissances. L’évêque et le duc déchargèrent, les deux autres, ou ne le purent, ou ne le voulurent, et on passa au souper. On y loua étonnamment l’action de la Duclos. "Elle a eu l’esprit de sentir, dit le duc, qui la protégeait étonnamment, que la reconnaissance était une chimère et que ses liens ne devaient jamais ni arrêter ni suspendre même les effets du crime, parce que l’objet qui nous a servi n’a nul droit à notre cœur ; il n’a travaillé que pour lui, sa seule présence est une humiliation pour une âme forte, et il faut le haïr ou s’en défaire. — Cela est si vrai, dit Durcet, que vous ne verrez jamais un homme d’esprit chercher à s’attirer de la reconnaissance. Bien sûr de se faire des ennemis, il n’y travaillera jamais. — Ce n’est pas à vous faire plaisir que travaille celui qui vous sert, interrompit l’évêque : c’est à se mettre au-dessus de vous par ses bienfaits. Or, je demande ce que mérite un tel projet. En nous servant il ne dit pas : je vous sers, parce que je veux vous faire du bien ; il dit seulement : je vous oblige pour vous rabaisser et pour me mettre au-dessus de vous. Ces réflexions, dit Durcet, prouvent donc l’abus des services qu’on rend et combien la pratique du bien est absurde. Mais, vous dit-on, c’est pour soi-même : soit, pour ceux dont la faiblesse de l’âme peut se prêter à ces petites jouissances-là, mais ceux qu’elles répugnent comme nous seraient, ma foi, bien dupes de se les procurer." Ce système ayant échauffé les têtes, on but beaucoup et on fut célébrer les orgies, pour lesquelles nos inconstants libertins imaginèrent de faire coucher les enfants et de passer une partie de la nuit à boire, rien qu’avec les quatre vieilles et les quatre historiennes et de s’exhaler là, à qui mieux mieux, en infamies et en atrocités. Comme, parmi ces douze intéressantes personnes, il n’y en avait pas une qui n’eût mérité la corde et la roue plusieurs fois, je laisse au lecteur à penser et à imaginer ce qu’il y fut dit. Des propos on passa aux actions, le duc s’échauffa, et je ne sais ni pourquoi ni comment, mais on prétendit que Thérèse porta quelque temps ses marques. Quoi qu’il en soit, laissons nos acteurs passer de ces bacchanales au chaste lit de leur épouse qu’on leur avait préparé à chacun pour ce soir-là et voyons ce qui se passa le lendemain.

Voir en ligne : 16e journée :
- Des tétons comme des pis de vache

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS d’après le roman érotique du Marquis de Sade, Les 120 journées de Sodome, ou l’École du libertinage, Éd. Club des bibliophiles, Paris, 1904.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris