Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > L’Anti-Justine > Le jeune homme, la fille, le moine

Navigation



Les Délices de l’Amour

Le jeune homme, la fille, le moine

L’Anti-Justine (chapitre XIV)



Auteur :

Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.


Chapitre XIV
Le jeune homme, la fille, le moine.

Ma fille, en reconnaissant son amant, que son mari lui amenait pour l’enconner, avait rougi de pudeur, ou de désir. Elle trouva moyen de venir à moi, pour me dire :

- Faites disparaître la fille ; on ne l’emploiera que cette nuit.

Je vis bien qu’elle voulait être foutue par son galant. Je cachai la putain. Voici maintenant le récit de ce qui va se passer.

Dès que Conillette se fut commodément arrangée derrière le grand sofa, Conquette retourna auprès des deux hommes, qui la rapportèrent au foutoir, assise à cul nu sur leurs mains unies.

- Allons, ma petite garce de femme (lui disait Vitnègre), tu vas pourtant être dépucelée, foutue ! Mais ce n’est rien ! c’est quand tu auras un gros vit, cette nuit !…

Il la troussait, l’arrangeait.

- Lenfonceur, que je te mette le vit dedans !

- Non, non ; ma belle se le mettra elle-même.

- Tu as raison. Il faut qu’elle s’y accoutume.

Vitnègre sortit, et j’observai qu’il laissait la porte ouverte. J’en augurai quelque noirceur. Mais j’étais là… Timori, bien bas, dit à ma fille :

- Vous le mettrai-je, ma bonne amie ?

- Non, non ! il est allé chercher des écoutants (ce mot glaça Timori).

- Mais il vous estropiera ?

- Je ne couche pas ici.

Alors l’amant satisfait, se mit à la gamahucher doucement. Cependant la Voluptueuse déchargea…

Elle était aux anges, quand j’entendis Vitnègre revenir. Je crus qu’il amenait le moine. Il entra, passa rapidement, suivi de trois voisines, auxquelles il disait :

- Je vas vous montrer ça.

Effectivement, il leur montra quelque chose dans sa chambre… Cependant mon amoureuse fille, gamahuchée par un amant aimé, fit un profond soupir. Les trois voisines prêtèrent l’oreille.

- Ce n’est rien (dit Vitnègre) ; ma femme est rentrée, et je ne le savais pas. C’est pour elle cette étoffe-là.

- Oh ! il faut la lui montrer ! (s’écrièrent les trois voisines).

Le monstre retint celle qui allait la chercher. Il prit la lumière, en disant :

- Je vais auparavant voir si elle ne dort pas.

Il ne fut qu’à la porte, où il s’arrêta d’un air de surprise et d’horreur !… Il recula. Mais les trois voisines avaient vu comme lui, par-dessus son épaule, Conquette troussée, étendue à la renverse sur le pied du lit, la tête d’un homme entre ses cuisses… Il les fit sortir par le corridor, en se frappant le front…

Il avait rempli son but. Si sa femme criait pendant la nuit, les trois voisines, qui se croyaient bien au fait, y mettraient les autres. Si Mme Vitnègre périssait écalventrée par le timon du moine (qui, étant extrêmement riche, devait la payer 60 mille francs, et qui en avait déjà tué plusieurs, choisissant toujours les plus étroites), ce serait la morte qui aurait tort… Cependant Vitnègre rentrait auprès des deux amants, qui avaient changé de position : Lenfonceur, après avoir déchargé par terre, s’était remis sur le ventre de ma fille :

- Eh bien ? (dit l’infâme mari) est-elle enfilée ? bien enconnée ?… Déchargez-vous ? décharge-t-elle ?

Nous avons déchargé (répondit Timori-Lenfonceur).

- Je vas sortir (reprit Vitnègre). Ramone-la-moi encore pendant une bonne demi-heure, que je serai dehors… Et ne vous étonnez pas de ce que vous allez entendre. J’ai mes raisons.

Il alla dans le corridor, dont il ouvrit doucement la porte, et se mit à crier sourdement, comme s’il avait bourré sa femme à coups de pieds :

- Ah garce ! ah putain !… Tu fous, sacrée salope ! Quand je suis sorti, tu raccroches !… Je vais chez le commissaire !

Il ouvrit la porte bruyamment, et la referma de même. Mais il dit tout bas, avant de s’éloigner :

- Remue du cul, ma petite femme !… Courage, Lenfonceur ! fraye-moi la bien !

- Voilà un rusé scélérat ! (dis-je à ma fille, pendant que Timori observait la sortie de Vitnègre) Le moine t’aurait tuée, et il ne néglige rien pour motiver ta mort.

- Sauvons-nous ! (me dit-elle).

- Non, non ; nous sommes assez pour te défendre. Feins à Timori que j’arrive…

Le jeune homme rentra.

- Voici mon papa, arrivé à propos !

- Ah oui ! (répondit Timori), sa présence pare à tout ; car j’allais proposer de nous enfuir. Mais, à présent, voyons ce qui arrivera.

Je lui montrai Conillette, et je lui fis entrevoir notre plan, que Timori trouva merveilleux !… Le temps s’écoula vite. Nous entendîmes revenir. Timori reporta la lumière dans la chambre ; nous nous cachâmes ma fille et moi ; tandis que le jeune homme s’étendait sur le ventre de Conillette troussée…

- Que ton vit ne m’approche pas ! (lui dit-elle) je suis gâtée ; que tes couilles ne me touchent pas le poil ; j’ai des morpions !…

Vitnègre entrait, suivi du moine, que le voisinage aux fenêtres prit pour le commissaire.

Voir en ligne : L’Anti-Justine (chapitre XV)

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS d’après le roman érotique de Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris