Eros-Thanatos Bibliothèque de littérature érotique : histoires, textes, récits et confessions érotiques

Accueil > Romans érotiques > L’Anti-Justine > Piochète - Dix ans après

Navigation



Les Délices de l’Amour

Piochète - Dix ans après

L’Anti-Justine (chapitre XXXI)



Auteur :

Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.


Chapitre XXXI
Suite des mêmes. Piochète. Dix ans après.

Je vais donner la suite de cette aventure.

Piochée eut effectivement une fille, qui a 14 ans aujourd’hui, et qui est jolie comme sa grand’mère. Elle sert aux plaisirs du vieux traitant qui, ne pouvant plus enconner, s’en fait caresser, tandis que la mère lui suce le vit. C’est dans les extases de ce plaisir long et difficile, causé par le chatouillement que faisait éprouver à son vit paralytique le palais de Piochée, qu’il conçut le dessein de faire dépuceler Piochète à 14 ans, par Pioché l’Adonis, son père et son oncle, que justement la jeune enfant aimait incestueusement ; puis enculer alternativement.

- Bande, bougre (dit-il à l’Adonis), et ne décharge pas ! Tu me dépucelleras ta petite garce de fille… dès que ton grand-père t’aura déculé. La petite fut gamahuchée par le vieux singe ; puis pommadée par sa mère. Son père, déculé, bien bandant, vint sur elle, et lui darda son vit dans le connin, dont la mère écartait les babines. Le fouteur n’entrait pas ; la petite déchirée se récriait ; le vieux satyre, émotionné, bandochait, en s’écriant :

- Oh ! pousse donc, mâtin ! ô pousse donc, bougre ! Fends, pourfends le connichon de ta fille !… et mets-y une petite garce, que nous déflorerons un jour ! Gzée, gzée, mon étalon ! fais-moi des cavales !…

Et le vieux décharné, par un phénomène, émit quelques gouttes d’un foutre clair, dans la bouche de Piochée, au moment où Adonis, forçant toutes les barricades, malgré les cris de sa fille, lui déchargeait au fond de son connin ensanglanté ! Le bélître en fut si glorieux qu’il fit à Piochette mille écus de rentes, et autant à Piochée, outre ce qu’elles avaient déjà. Son grand délice, pendant qu’il fait servir la bouche de la mère de con à son vit, qui ne décharge plus, est de voir piocher Piochette, non seulement par le vigoureux Adonis Pioché, qui pioche, soit en con, soit en cul, mais de faire alors enculer le père, qui fout sa fille, par le grand-père qu’encule un laquais, sur le cul duquel est assise Piochée, foutue par un autre laquais… Il a soin qu’on fasse suivre au vieux Piochard un régime échauffant, afin que ce monstre tantôt enconne sa fille, tantôt encule son fils. Pendant cette scène, l’impuissant Ribaud patine les tétons et le connin du tendron, ou bien la gamahuche. Il lui prend quelquefois des vertigôts de faire enconner la mère, enculer Adonis par douze de ses amis en une seule séance. La jeune personne est alors nue en perspective, montrant le cul aux enculeurs, et le con aux enconneurs… C’est le vieux Piochard qui insère les vits dans le con ou dans le cul.

Tu vois par-là quel parti nous pouvons tirer de ta femme, lorsqu’une fois elle sera dépucelée. Tu ne seras pas privé ; tu mettras les vits dans le con et dans le cul de ta femme ; tu en seras le maquereau, et quand elle sera bien élargie des deux trous, peut-être te permettra-t-on de la foutre en con ou même en cul. Lélargisseur.

P.-S. J’apprends par une dernière visite faite à Piochencul que Piochette a effectivement eu la plus jolie petite fille ; on me l’a montrée ; elle a 3 ans. Mais, ce qui est le comble du libertinage, le vieux Piochencul lui fait déjà téter son vit flasque, pendant que la jeune mère lui chatouille les couilles. Je lui en demandai la raison ?

- Je profite, répondit-il, du temps où l’enfant n’a pas encore de discernement, ni de dégoût à me sucer.

Que dis-tu du vieux bougre ?

Voir en ligne : Du connin goûté (chapitre XXXII)

P.-S.

Texte établi par EROS-THANATOS d’après le roman érotique de Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine ou Les Délices de l’Amour, Au Palais Royal chez feue la Veuve Girouard, Paris, 1798.



 RSS 2.0 | Mode texte | Plan du site | Notice légale | Contact
Psychanalyse Paris | Psychanalyste Paris | Annuaire Psychanalystes Paris | Annuaire Psychanalyste Paris | Blogs Psychanalyse Paris