Rêve de sang

Publier ici vos propres poésies et poèmes érotiques.

Modérateur: Porneros

Rêve de sang

Message par valcour » Mer 13 Juil 2011 11:22

Croquer les fraises dures gonflées de tes seins ronds et fermes de pucelle malade
du désir qui mouille tes cuisses fraîches d'un bon jus de fille sucré et coule entre
tes fesses pointues serrées les écarter de force et percer l'oeillet brun plissé au
goût musqué de gras d'andouillette velours incomparable pour la langue avec deux
doigts le ramoner pour l'élargir

oui tu vas bientôt sentir ma bite en bois comme tu la fais si bien bander avec tes
seins ronds et fermes de pucelle et tes cuisses et ton buisson ardent car tu es
rousse de cheveux flamboyants au soleil matinal rousse d'aisselles touffues à
l'odeur enivrante de sueur de fille sportive tous t'admiraient hier dorée au soleil sur
le court tes cuisses et tes mollets tes bras musclés tes seins comme deux pigeons
qui chahutaient tu es à moi ce matin prisonnière

plonger ma figure dans ta motte juteuse chercher le clitounet dressé délicat et le s
pétales de chair translucide entre mes dents couper tout ça d'un coup sec et
avaler cette fleur de chair pleine de sang

non pas ça c'est trop affreux déjà ça va saigner tout à l'heure de ton ventre neuf
de vierge étroite du beau sang rouge mêlé de foutre pour faire de toi une putain
tu vas bientôt les réclamer les mâles dans ton ventre et dans ton cul pour qu'ils
giclent dans ta bouche et dans tes yeux des nuits entières à dix ils te prendront
par tous les trous et toi les yeux brûlants de foutre au matin et les cheveux collés
tu en voudras toujours d'autres dans ton ventre et dans ton cul dures bites
bandées prêtes à gicler de foutre fumant sous les yeux de ta mère effondrée à la
vue de sa fille prise de la folie du sexe

oui mordre tes cuisses mes yeux dans la moiteur du buisson d'algues odorantes au
soleil du matin ta perle entre mes dents pas mordre non fouiller seulement les
muqueuses et goûter l'intérieur de ton ventre bander ma langue et lécher tes
organes palpitant de désir faire exploser la jouissance dans tout ton corps
l'éparpiller en mille morceaux

les avaler saignants imprégnés du nectar qui coule des pétales de chair translucide
et du sang rouge de ton ventre neuf de pucelle affolée du désir d'être percée par
les mâles que tu excites si bien dans la rue avec tes longues jambes nues et fines
interminables en jupe plissée courte et bouffante au ras des fesses qu'on y
mettrait la main dans l'autobus pour tâter si ça mouille et tes socquettes blanches
de grande enfant pas si naïve et tes seins ronds et gonflés sous ton pull ajusté qui
jouent comme des chatons et les regards des mâles s'accrochent à tes fesses
rondes et dures qui font valser la jupe et lorgnent tes tétons qui pointent
insolemment ils te voient nue dans la forêt pourchassée par vingt bites bandées
pressées de se vider dans ton ventre étroit velouté comme un gant souple et
chaud glissant de ton jus visqueux de femelle excitée par l'odeur des mâles en
sueur et le fracas de leurs souffles ils te renverseront sur l'herbe et t'enfileront à
tour de rôle et gicleront à toute vitesse pour laisser place aux autres et pétriront
tes seins et tes cuisses rondes et grasses de grande enfant qu'ils voudraient
dévorer mais l'instinct les retiendra et les poussera à t'enfiler quitte à mordre tes
seins tes bras tes cuisses ta chair enivrante et parfumée de jus de fille en chaleur
innocente

oui ton visage balayé par mes couilles et ma langue s'enfonce dans ton cul de
pucelle bien fraîche et bien salope déjà ta langue entre mes fesses et ta salive
acide qui brûle mon cul

oui oui et tes dents de panthère acérées dans ma cuisse ma queue bandée raide
plantée dans ton con étroit de pucelle impatiente va t'embrocher de part en part
comme une grenouille cuisses écartées les bras en croix par mon pieu transpercée
tu vas saigner ton beau sang rouge de vierge va couler goutte à goutte et nous
unir le foutre va gicler jusqu'au fond de ta gorge j'en aurai le goût âcre au bout de
ma langue réunie à la tienne pour fermer l'arc électrique où va passer la décharge
de nos désirs furieux ton clitounet frétille entre mes dents menaçantes c'est le
détonateur qui va faire exploser ta jouissance par tout ton corps c'est moi qui la
contrôle cette explosion qui va te ravager toi la rouquine au soleil du matin

j'aime les deux touffes insolentes et parfumées sur la peau claire de tes bras
piquée de taches de son comme au petit déjeuner le bol de céréales toi la fille de
ferme à l'odeur animale et ta motte soyeuse et buissonneuse je l'aime aussi ton
buisson ardent je j'appelle qui s'éclaircit pour laisser poindre le frais bourgeon rose
avide de caresses inconscient du danger fragile bouton délicat à peine protégé par
les pétales de chair transparente et les derniers poils clairsemés si émouvants qui
poussent obstinés pour montrer le chemin du trésor intime l'oeillet sacré mal gardé
par tes fesses étourdies qui pour quelques caresses oublieront leur mission et le
laisseront se faire violer

c'est merveilleux un corps de femme humide surtout chaude étroite pour y branler
sa bite et s'enivrer de ses odeurs et grignoter sa langue fraîche comme une
mangue et jouer sans fin avec sa chair la malaxer en tous sens et toujours elle
retrouve l'harmonie de sa forme c'est un tapis volant qui vous transporte hors de
vous et les dieux malfaisants qui nous ont créés nous l'ont laissé par mégarde et si
on en a pas sous la main on peut toujours la rêver chaude et jouissante animale
dans ses bras la garder prisonnière car elle veut toujours fuir le dard de chair
bandée qu'elle désire pourtant et rêver de faire sourdre le sang virginal mêlé de
foutre et de son foutre à ell e et du parfum musqué de son cul

oui oui ...

Alain Valcour
avalc@free.fr

Note: Ce poème en prose qui évoque les pulsions cannibales associées à l'ivresse des
corps dans l'étreinte amoureuse, pulsions maîtrisées par un instinct aussi puissant
que l'instinct de survie, est inspiré du monologue de Molly Bloom qui constitue le
dernier chapitre du roman "Ulysse" de James Joyce et de Grabinoulor de Pierre Albert-
Birot.
Avatar de l’utilisateur
valcour
 
Message(s) : 5
Inscription : Jeu 9 Avr 2009 10:36
Localisation : Bordeaux

Retour vers Poésies et poèmes érotiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

cron