L'homme assis dans le couloir

Discussions autour des principaux romans de la littérature érotique.

Modérateur: Thanalie

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Porneros » Mar 8 Juil 2008 14:52

Fer a écrit :Non, pas Duras... Egale à elle-même, chiante. Excuse-moi Ingrid, mais les extraits que tu nous as si gentiment (je me rachète...) rapportés ne m'excitent en rien. Je parie que Gilbert Cesbron aurait pu écrire des phrases plus bandantes. J'exagère?...


Je mettrais des extraits plus bandants dès que j'ai le temps (y'en a, je t'assure !)... Mais beaucoup est dans le rythme d'écriture donc en extraire des passages fait déjà perdre la force érotique du livre...
Porneros
 
Message(s) : 53
Inscription : Sam 12 Avr 2008 15:36

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Fer » Mar 8 Juil 2008 19:31

Ingrid a écrit :Oui mais je préfère quand c’est un peu voilé, quand je peux regarder/voir, mais pas tout, quand je peux toucher, mais pas réellement, et même si j'en meurs d'envie et que je dois me retenir :oops:

Je ne connais pas Gilbert Cesbron, désolée.

Amitiés, Ingrid



Gilbert Cesbron, c'était pour plaisanter, c'est un écrivain catholique mais pas du tout façon Bernanos ou Mauriac, c'est plutôt du genre scout. Donc, si tu ne le connais pas, tu ne rates rien...

Ah, Ingrid, encore te retenir!... Et tu dis même : "je dois me retenir"!... Tu dois?...
Dernière édition par Fer le Mar 8 Juil 2008 20:15, édité 1 fois.
Fer
 
Message(s) : 31
Inscription : Mar 8 Juil 2008 05:18
Localisation : Bruxelles

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Fer » Mar 8 Juil 2008 19:37

Porneros a écrit :
Fer a écrit :Non, pas Duras... Egale à elle-même, chiante. Excuse-moi Ingrid, mais les extraits que tu nous as si gentiment (je me rachète...) rapportés ne m'excitent en rien. Je parie que Gilbert Cesbron aurait pu écrire des phrases plus bandantes. J'exagère?...


Je mettrais des extraits plus bandants dès que j'ai le temps (y'en a, je t'assure !)... Mais beaucoup est dans le rythme d'écriture donc en extraire des passages fait déjà perdre la force érotique du livre...


Mais le rythme d'écriture de Duras, je le connais, et il a la fâcheuse tendance au mieux à m'endormir, au pire à m'énerver...
Cependant, j'en conviens, je n'ai jamais lu d'elle un bouquin où il est question d'érotisme. Mais les extraits que nous a proposés Ingrid ne me donnent pas envie...
Fer
 
Message(s) : 31
Inscription : Mar 8 Juil 2008 05:18
Localisation : Bruxelles

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Porneros » Jeu 10 Juil 2008 01:15

Je reprend cette citation d'Ingrid : « […] Je vois l'enclave du sexe entre les lèvres écartées et que tout le corps se fige autour de lui dans une brûlure qui augmente. […] » (P12) et je continue par : « […] Le répit de la brûlure fait se distendre la bouche mordue à la robe. Il est là. Les yeux toujours fermés, elle lâche la robe, ramène ses bras le long de son corps dans la coulée de ses hanches, modifie l'écartement de ses jambes, les oblique vers lui afin qu'il voie d'elle encore davantage, qu'il voie son sexe écartelé dans sa plus grande possibilité d'être vu, qu'il voie autre chose, aussi, en même temps, autre chose d'elle, qui ressorte d'elle comme une bouche vomissante, viscérale. […] » (P15) puis : « […] Alors, à son tour, il le fait. C'est d'abord sur la bouche qu'il le fait. Le jet s'écrase sur les lèvres, sur les dents offertes, il éclabousse les yeux, les cheveux et puis il descend le long du corps, inonde les seins, déjà lent à venir. Lorsqu'il atteint le sexe il a un regain de force, il s'écrase dans sa chaleur, se mélange à son foutre, écume, et puis il se tarit.» (P16)

« […] Elle est arrivée près de lui, s'accroupit entre ses jambes et la regarde elle, et seulement elle, dans l'ombre qu'à son tour elle lui fait avec son corps. Avec soin elle la met à nu dans sa totalité. Ecarte le vêtement. En sort les parties profondes. S'éloigne légèrement d'elle, la met dans la lumière. […] » (P24) puis : « […] Elle se serait avancée lentement, elle aurait ouvert ses lèvres et, d'un seul coup, elle aurait pris dans son entier son extrémité douce et lisse. Elle aurait fermé les lèvres sur l'ourlet qui en marque la naissance. Sa bouche en aurait été pleine.» (P26)
Porneros
 
Message(s) : 53
Inscription : Sam 12 Avr 2008 15:36

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Fer » Ven 11 Juil 2008 01:35

Oui, c'est Duras, dont la prose prosante m'a toujours fait à peu près le même effet qu'une prose notariale. Trop de circonvolutions, trop de maniérisme, à la fin tout est voilé et on n'y est plus. Bref, je n'aime pas Duras...
Fer
 
Message(s) : 31
Inscription : Mar 8 Juil 2008 05:18
Localisation : Bruxelles

Re: L'homme assis dans le couloir

Message par Porneros » Sam 12 Juil 2008 00:35

Fer a écrit :Oui, c'est Duras, dont la prose prosante m'a toujours fait à peu près le même effet qu'une prose notariale. Trop de circonvolutions, trop de maniérisme, à la fin tout est voilé et on n'y est plus. Bref, je n'aime pas Duras...


Je peux comprendre... Pourtant, ces "circonvolutions" parvienent aussi, justement, à révéler -éruption- quelque chose de souligné par l'enchevêtrement des voiles... Ce sont ces apparitions -fentes, entrebaillements, stigmates, etc.- qui font l'érotisme de certains passages...
Porneros
 
Message(s) : 53
Inscription : Sam 12 Avr 2008 15:36

Précédent

Retour vers Les principaux romans de la littérature érotique

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron